Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pays Basque : la frontière, épicentre de la contestation du G7

-
Par , France Bleu Pays Basque

Les altermondialistes opposés à la réunion fin août des "7 potentats opulents barricadés à Biarritz" ont dévoilé ce mercredi le calendrier et la géographie de leurs manifestations.

Le FICOBA d'Irun abritera les débats et conférences du contre-sommet du G7
Le FICOBA d'Irun abritera les débats et conférences du contre-sommet du G7 © Radio France - Iban Etxezaharreta

Hendaye, France

Hendaye et Irun seront au cœur du contre-sommet du G7. Le collectif basque, nord et sud, G7 EZ, rejoint par la plateforme hexagonale Alternatives G7, annoncent une mobilisation "pacifique mais déterminée" selon Aurélie Trouvé, la porte-parole d'ATTAC-France. Une opposition à la "mondialisation libérale" qui sera internationale et organisée des deux côtés de la Bidassoa du 19 au 25 août prochain, malgré "les bâtons dans les roues" mis par les autorités, selon Danielle Mesplé de la plateforme G7 EZ.

Le G7 qui veut lutter contre les inégalités, "c'est du cynisme" pour Aurélie Trouvé

Les débats au Sud, les manifestations au Nord

L'accueil des altermondialistes, attendus des quatre coins de l'Europe, se fera à partir du 19 août dans un campement, situé sur le domaine de Bordaberry, à la lisère d'Urrugne et Hendaye. Les conférences, débats et ateliers du contre-sommet se dérouleront principalement à Irun, au Ficoba, au Musée Oiasso, ou encore au Centre culturel Montero, mais aussi au cinéma Les Variétés d'Hendaye. L'ambition est de "démonter l'architecture du monde tel qu'il va", mais aussi de discuter "des luttes et résistances en cours" selon Sébastien Bailleul, porte-prole d'Alternatives G7. Le système économique actuel et "la dictature des multinationales", le dérèglement climatique et la "destruction de notre planète", les luttes des femmes, les guerres en cours ou en préparation,... autant de sujets et de questions pour lesquelles les 7 dirigeants parmi les plus riches de la planète sont tenus pour directement responsables.

Les luttes des femmes feront partie des débats du contre-sommet du G7. - Aucun(e)
Les luttes des femmes feront partie des débats du contre-sommet du G7. - G7 EZ

Le ministre de l'Intérieur Castaner a déclaré la semaine dernière au Pays Basque que le droit de manifester était sacré. Nous l'appliquerons" (Hartzea Lopez, de G7 EZ)

Des mobilisations sont également au rendez-vous. Le samedi 24 août, à Hendaye, avec le départ à 11h30 de deux colonnes, de Béhobie et d'Hendaye plage. Elles se réuniront au centre ville et se dirigeront vers le Pont Santiago.  Une manifestation autorisée par les autorités. Pour celle du lendemain c'est moins certain. Les anti-G7 lancent "un appel à la désobéissance civile". Le dimanche 25 août ce sera dans 7 endroits, de 12h à 16h. "Usant de voies pacifiques et avec l'objectif de réunir le plus de monde possible, nous dessinerons par notre mobilisation un arc-en-ciel autour de la zone [bleu et rouge, ndlr] où se déroulera le G7" annonce la plateforme G7 EZ. Ce sera dans les lieux suivants: 1. Sur le rond-point de la Cité de l'Océan de Biarritz 2. Sur le rond-point Barroilhet de Bidart (sortie d'autoroute de Biarritz) 3. Sur le rond-point de Maignon à Anglet 4. A la mairie d'Anglet 5. A la mairie de Bayonne 6. Sur la place des Cinq cantons à Anglet 7. A la plage de la Chambre d'Amour à Anglet.

Le préfet avait annoncé en juin que les manifestations à proximité du G7 seraient interdites. Hartzea Lopez de la plateforme G7 EZ rétorque : "le ministre de l'Intérieur Castaner a déclaré la semaine dernière au Pays Basque que le droit de manifester était sacré. Nous l'appliquerons". Une application dès samedi prochain à Biarritz, avec la seule manifestation autorisée sur le lieux même du sommet du G7. Un mois et demi avant.