Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays de la Loire : les députés questionnent l'utilité de l'application de traçage numérique

Le traçage informatique, une question sensible débattue et sujette au vote, mardi 28 avril à l'Assemblée nationale et le 29 avril au Sénat. Tour d'horizon des avis des députés de notre région sur la question.

L'assemblée Nationale au temps du confinement contre l'épidémie du Covid-19.
L'assemblée Nationale au temps du confinement contre l'épidémie du Covid-19. © Maxppp - Matthieu de Martignac / PHOTOPQR/LE PARISIEN

Le traçage informatique, une question sensible, peut-être votée à l'Assemblée nationale à partir de mardi 28 avril et au Sénat le 29 avril. Le gouvernement veut lancer une application mobile de tracking pour lutter contre une potentielle nouvelle vague de contamination du coronavirus au moment du déconfinement. « StopCovid » préviendrait les personnes ayant côtoyé un malade pour qu'ils puissent se confiner. 

Pour Philippe Latombe, député MoDem de Vendée, membre de la majorité gouvernementale et membre de la Commission des lois, spécialiste des questions liées au numérique et aux libertés publiques, «StopCovid» est l'un des outils pour réussir le déconfinement.

Pour Philippe Latombe, député MoDem de Vendée, l'application mobile de traçage est l'un des outils utile au déconfinement, avec les masques et tests.

"Je pense que ne pas faire cette application au niveau étatique laisserait les entreprises privées s'accaparer nos données et là par contre sans contrôle." Philippe Latombe défend la mise en place de l'application par l'Etat au moment du déconfinement. "Et puis l'Etat a pris des garanties, ça respecte la réglementation européenne actuelle... Et donc il n'y a aucun risque de collecte des données par l'Etat."

Le traçage numérique ne fait pas l'unanimité parmi les députés 

Cette application "c'est du bricolage" pour la députée MoDem Sarah El Haïry, qui craint qu'elle ne soit inefficace.

Le traçage numérique comme outil de lutte contre une nouvelle vague épidémique ne fait pas l'unanimité parmi les députés de la région, de tous bords politiques. Dans la majorité présidentielle, Sarah El Haïry votera pour la loi autorisant le traçage numérique mais la députée, présidente du Modem en Loire-Atlantique doute de l'utilité d'une application mobile pour lutter contre le virus. Elle la voit comme "du bricolage" informatique. 

"L'application fonctionne sur la base du volontariat," expose Sarah El Haïry. "Toute la population n'est pas équipée de la même manière et parmi la population 'à risques', les personnes âgées à 70% n'ont pas de smartphones !" Mais la députée ajoute, "mais j'ai été rassurée sur la question 'est-ce que oui ou non [cette application] est attentatoire aux libertés ?'". Pour elle, les risques de violation de la vie privée sont moindres.

Toute la population n'est pas équipée de la même manière en smartphones ! - Sarah El Haïry députée et présidente MoDem en Loire-Atlantique 

Car c'est la principale critique faite à cette application par l'opposition : la collecte des données de son utilisateur comme une possible atteinte à ses libertés individuelles. Jean-Carles Grelier, député Les Républicains de la Sarthe. "Moi je n'ai pas envie que mes données de santé soient collectées, analysées.... [....] Je ne voudrais pas qu'on puisse limiter ma liberté d'aller et venir, y compris après le confinement, au travers du tracking !"

Je ne voudrais pas qu'on puisse limiter ma liberté d'aller et venir, y compris après le confinement, au travers du tracking ! - Jean-Carles Grelier, député les Républicains de la Sarthe

Jean-Carles Grelier, qui n'est pas convaincu pour l'instant par les garanties de sécurité avancées par le gouvernement. Comme le député socialiste de Mayenne Guillaume Garot, qui juge quant à lui cette application à la fois inefficace, liberticide et potentiellement contre-productive."Les gens pourraient se considérer protégé alors qu'ils ne le sont pas !" 

Il ajoute : "Je ne voudrais pas ce débat fasse oublier le débat principal qui est la façon dont on lutte de façon efficace contre le virus... Et pour ça il faut des masques et il faut des tests !". Le député votera donc contre la loi autorisant le traçage numérique mardi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess