Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On perd neuf milliards d’euros par an avec l’Union européenne" : Marine Le Pen dit-elle la vérité ?

-
Par , France Bleu

Marine Le Pen, candidate au second tour de l’élection présidentielle, était l’invitée exceptionnelle de France Bleu ce vendredi matin. Elle a déroulé son programme, notamment sur l’Union Européenne qu’elle accuse de faire perdre "neuf milliards d’euros" à la France chaque année. Or, pas exactement.

Dans son programme, Marine Le Pen propose une référendum sur la sortie de l'Union Européenne.
Dans son programme, Marine Le Pen propose une référendum sur la sortie de l'Union Européenne. © AFP - Geoffroy Van Der Hasselt

C'était déjà un argument de Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau et Marine Le Pen avant le premier tour. Tous trois proposaient dans leurs programmes de quitter l’Union Européenne, un gouffre à "milliards" selon eux. Marine Le Pen, qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle le 7 mai prochain, a de nouveau martelé cet argument sur les ondes de France Bleu ce vendredi.

D’après la candidate du Front national, la France "perd neuf milliards d’euros par an avec l’Union Européenne". C'est en effet arrivé, mais ça n'a eu lieu qu'en 2013 et c'était une exception, la contribution française est, depuis, en baisse. C'est aussi et surtout beaucoup plus complexe qu’elle ne veut bien le laisser entendre.

→ À lire aussi : REPLAY Présidentielle - Marine Le Pen invitée exceptionnelle de France Bleu

Certes, chaque année, la France verse au budget européen un peu plus qu’elle ne reçoit comme l’a (déjà) expliqué la Commission en décembre dernier. C’est ce qu’on appelle un "contributeur net". Mais, souligne la Commission, c’est "normal dès lors que la France est le 3e pays le plus riche de l'Union après l'Allemagne et le Royaume-Uni" et de rappeler que "la France est par ailleurs le 1er pays bénéficiaire du budget européen, devant la Pologne".

La France, premier pays à bénéficier du budget européen

En effet, selon les chiffres du Parlement européen, en 2015, la France a reçu 14,47 milliards d'euros, dont une majorité va à l'agriculture (neuf milliards d'euros au titre de la Politique Agricole Commune).

Cette aide nous permet notamment d'être le "premier pays exportateur de produits agroalimentaires vers les pays hors UE" note encore la Commission.

C’est un peu plus compliqué lorsqu’on s’intéresse à ce que verse la France à l’Union Européenne. Selon la Commission, la France a versé 19 milliards d'euros à l’UE en 2015. Soit 4,5 milliards de "contribution nette". On est bien loin des neuf milliards annoncés par Marine Le Pen.

6,1 milliards selon la France, 4,5 milliards selon la Commission

Soulignons cependant que les institutions françaises n’ont pas le même calcul et revoient légèrement à la hausse le montant versé à l’Union Européenne. C’est le cas par exemple de la commission des finances du Sénat. Dans sa note de présentation du projet de loi de finances 2017, elle annonce un chiffre de 6,17 milliards d’euros de contribution nette au budget européen pour 2015. La France intègre en fait dans son calcul les droits de douane perçus par notre pays pour le compte de l’UE, soit 1,6 milliards d’euros (ajoutés au 4,5 milliards) calculés par la Commission.

Enfin, la Commission critique l’approche "arithmétique" qui voudraient que "ce que les États membres «paient» devrait correspondre à ce qu'ils «reçoivent»". Cette idée est "fausse" continue la Commission qui rappelle que le le budget communautaire sert à faire des "économies d'échelle en investissant par exemple dans de grands projets de recherche, de développement ou d'infrastructure", ce qu'aucun pays seul n'aurait pu porter seul.

↓ INFOGRAPHIE - Ce que proposent Emmanuel Macron et Marine Le Pen sur l'Europe

© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess