Politique

Perpignan : le candidat PS annoncera sa décision mardi matin sur son maintien ou son retrait

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon lundi 24 mars 2014 à 19:38

Le candidat socialiste Jacques Cresta dans l'isoloir, le 23 mars
Le candidat socialiste Jacques Cresta dans l'isoloir, le 23 mars © MaxPPP

A Perpignan, où la liste menée par le Front national Louis Aliot est arrivée en tête devant le maire sortant UMP, le candidat socialiste Jacques Cresta n'a toujours pas dit s'il se maintenait au risque de faire gagner le FN ou s'il se retirait dans un front républicain. Décision ce mardi matin à 11h.

Après être resté aux abonnés absents toute la soirée de dimanche et une bonne partie de la journée de lundi, Jacques Cresta est enfin sorti du bois lundi en fin de journée pour commenter son résultat catastrophique sur la ville de Perpignan (moins de 12%). Jamais le PS n'avait pris une telle raclée. Il estime qu'il est victime d'un vote sanction national contre la politique du gouvernement.

Cresta 1

Jacques Cresta maintiendra t-il sa candidature ? Réponse ce mardi à 11h

Le candidat socialiste donnera sa décision de se maintenir ou de se retirer seulement en fin de matinée ce mardi. Il a bien entendu les appels des instances nationales du PS et aussi celle de Jean-Marc Pujol, maire UMP sortant de Perpignan, ou de Jean Codognès, le candidat Europe Ecologie les Verts, mais ce n'est pas à eux décider…

Cresta 2

Le président de la région Languedoc Roussillon Christian Bourquin a lancé dimanche soir l'idée d'une "union républicaine" , un appel au maire sortant UMP pour une liste d'union droite/gauche pour faire barrage au Front national. Avec une répartition des rôles : le maire sortant UMP à la mairie et le socialiste président de l'agglomération Perpignan-Méditerranée. Une proposition machiavélique car totalement irréalisable : avec moins de 12% des voix, le PS n'est absolument pas en position de négocier une telle union, mais c'est une manière habile de dire à la droite républicaine, "si vous refusez notre alliance et que le FN l'emporte, ce sera de votre faute".

6h/8h - 2 - Perpignan / Bourquin - son

Cette alliance contre nature a  été rejetée dès dimanche soir par Jean-Marc Pujol, qui ne fusionnera sa liste ni avec le PS ni avec la liste centriste qui a obtenu 9% des voix. "Quand on fait une équipe c'est pour jouer le match jusqu'au bout... car les français ne veulent plus d'arrangements d'appareils."

6h/8h - 3 - Perpignan / Pujol - son

C'est donc très clair : pas d'alliance entre les deux tours pour le maire sortant UMP Jean-Marc Pujol.De son côté, la candidate centriste sans-étiquette, Clotilde Ripoull a bien tenté ce lundi une approche avec Jacques Cresta. Elle a reçu une fin de non-recevoir.Que fera Jacques Cresta ? Le candidat socialiste est aujourd'hui tiraillé entre les consignes nationales du Parti socialiste, qui demande aux candidats arrivés en troisième position de se retirer lorsqu'il y a un risque de victoire du Front national (ce qui est le cas à Perpignan) et les conseils (ou consignes ?) de Christian Bourquin, le président socialiste de la Région pour qui il est "hors de question que la gauche ne soit pas représentée à Perpignan" . Quitte à faire gagner le Front national.