Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le président de la Catalogne remercie "les Catalans du Nord pour leur fraternité et leur solidarité"

vendredi 31 août 2018 à 19:08 Par Cyrille Manière et Rémy Farré, France Bleu Roussillon

Quim Torra était en visite à Perpignan, avant tout pour remercier les Catalans du nord qui ont manifesté leur soutien aux représentants politiques emprisonnés. Le président de la Catalogne a reçu la médaille de la ville des mains du maire Jean-Marc Pujol.

Quim Torra reçoit la médaille de la ville de Perpignan
Quim Torra reçoit la médaille de la ville de Perpignan © Radio France - Cyrille Manière

Perpignan, France

Quim Torra était en déplacement officiel à Perpignan, ce vendredi. Le président de la Catalogne a multiplié les visites : dans une école où les enfants apprennent le catalan, à l'USAP, à la mairie de Perpignan, où il a reçu la médaille de la ville, chez les Dragons Catalans avant de finir à la maison de la catalanité pour le vernissage de l'exposition "55 urnes pour la liberté".

France Bleu Roussillon : Pourquoi teniez-vous vraiment à vous rendre à Perpignan ?

Quim Torra : Cette visite à Perpignan est très importante, je voulais venir personnellement remercier ces milliers de citoyens de Catalogne Nord qui ont exprimé leur solidarité et fraternité envers les prisonniers et exilés politiques catalans. Pour moi c'était un devoir de venir ici aujourd'hui en tant que Président de la Generalitat. Recevoir aujourd'hui la médaille d'or de la ville de Perpignan est un immense honneur, un honneur que je veux partager justement avec les prisonniers et exilés politiques qui ne peuvent pas être avec nous.

Nous venons remercier toutes ces personnes qui se sont mobilisées, qui ont organisé des concerts, des expositions, qui ont mis des affiches, qui portent des rubans jaunes. À tous ces gens qui croient en la démocratie, aux droits humains, qu'un peuple a le droit d'auto détermination, nous les remercions fortement d'avoir été à nos côtés en des moments difficiles, comme l'ont toujours été nos frères du nord. 

FBR : Comment qualifieriez-vous la situation politique actuelle en Catalogne ?

QT : La Catalogne traverse une situation historique et politique exceptionnelles. Une situation très grave. Non seulement avec des prisonniers politiques et exilés, mais avec aussi plus de 1000 Catalans mis en procès pour le "crime monstrueux" d'avoir permis que les citoyens de Catalogne puissent voter, puissent décider librement de leur futur. Dans quel pays du monde voter est interdit sous peine d'envoyer les gens en prison ? Dans quel pays du monde les citoyens qui sont en train de voter pacifiquement et de manière libre sont violentés par la police pour les en empêcher ? 

C'est ce qui est en question actuellement en Catalogne et c'est ce que nous demandons au président Sanchez : quel est son projet pour la Catalogne ? Nous insistons sur deux thèmes centraux lors de cette législature : le droit d'auto détermination des Catalans et la libération des prisonniers, l'annulation des procès politiques et le retour des exilés. 

FBR : Un référendum en Catalogne est-il de nouveau envisageable en Catalogne, selon vous ?

QT : Je veux simplement insister qu'une solution au conflit politique en Catalogne, c'est le référendum d'un commun accord. Nous, nous venons d'un référendum d'auto-détermination et d'une déclaration politique d'indépendance. Un tel référendum, et j'insiste qu'il soit d'un commun accord, serait une sortie de crise même s'il pourrait ne pas l'être non plus. C'est pour ça que nous comptons sur le gouvernement espagnol et nous demandons à Pedro Sanchez  : quel est votre réponse politique pour résoudre la situation en Catalogne ? Mais pour l'instant Pedro Sanchez n'a toujours pas répondu par des actes.

Quim Torra en visite à l'USAP - Radio France
Quim Torra en visite à l'USAP © Radio France - Cyrille Manière
Quim Torra en visite à Gilbert Brutus avec le président Bernard Guasch - Radio France
Quim Torra en visite à Gilbert Brutus avec le président Bernard Guasch © Radio France - Cyrille Manère