Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Philippe Poutou entre au conseil municipal de Bordeaux ce vendredi

-
Par , France Bleu Gironde

Le premier conseil municipal post-élection a lieu ce vendredi à Bordeaux. C'est la première fois que Philippe Poutou obtient un mandat dans la capitale girondine. Pour cette première il sera accompagné de deux de ses colistiers. Entretien.

Philippe Poutou et une partie de ses colistiers
Philippe Poutou et une partie de ses colistiers © Radio France - Stéphane Hiscock

Suite à l'élection municipale de dimanche dernier, le candidat écologiste, Pierre Hurmic a été élu à Bordeaux. Il sera officiellement investi par le conseil municipal, ce vendredi matin. Pour la première fois depuis le XIXe siècle, trois sièges du conseil seront occupés par des représentants d'une liste d'extrême gauche : "Bordeaux en lutte". Philippe Poutou, leader anticapitaliste, deux fois candidat à la présidentielle est l'un d'eux. Il répond à quelques questions sur cette première historique. 

France Bleu Gironde : "Bordeaux en lutte" entre aujourd'hui au conseil municipal de Bordeaux. Quels sentiments cela vous procure ? 

Philippe Poutou : Pour nous c'était le but principal. Nous voulions avoir une équipe au conseil municipal. Si nous n'avions eu qu'un siège, si j'avais été tout seul cela aurait eu moins d'impact. À trois nous allons pouvoir travailler et imposer plus facilement nos idées. Nous espérons surtout être des porte-parole des revendications du peuple et de tout ce qui ne va pas dans la ville. Nous allons essayer de construire cette posture avec mon équipe.

Vous pensez que ça va être plus simple d'imposer vos idées devant un conseil majoritairement écologiste ? 

Ce sera différent c'est sûr, avec la droite nous aurions été face à un mur. Cependant nous nous considérons quand même dans l'opposition face à une gauche libérale. Pour faire entendre nos voix, nous allons nous appuyer sur les vrais militants de gauche et écologistes qui veulent faire bouger les choses. Nous aurons sûrement le rôle d'élus qui contredisent mais ce sera pour rappeler à Pierre Hurmic le peu de promesses qu'il a faites et pour rappeler, aussi, l'envie de changement des électeurs. On ne pourra pas se satisfaire d'une étiquette qui en remplace une autre, il faut une nouvelle politique. Nous ne nous gênerons pas pour les mettre en face des préoccupations des gens. 

Justement vous n'avez pas peur d'être vus comme les trois râleurs du conseil ? 

Si, nous savons que nous allons être vus comme ça, si ça avait été la droite cela aurait été la même chose. On va être vus comme des chieurs mais bon, à trois on ne les inquiète pas trop, on parlera cinq minutes puis ils passeront à autre chose. Mais nous serons plus que des brailleurs, nous mettrons la pression et nous essaierons d'être une sorte d'aiguillon. Notre but est que cette mairie réponde aux besoins de la population.

Pour terminer ce n'est pas un moyen pour vous de préparer la présidentielle de 2022 ? 

Non pas du tout. Je n'exclus pas qu'il y a un enjeu politique dans deux ans, que la gauche et la gauche radicale vont devoir réfléchir à comment répondre au mandat d'Emmanuel Macron, mais ça dépasse complètement "Bordeaux en lutte".  Je suis pour le moment focalisé sur Bordeaux. Ce que nous avons construit c'est extraordinaire, nous en somme très fiers. Après si notre mouvement peut donner des idées pour que la gauche se regroupe ce serait une bonne chose. Tout dépendra du contexte social à ce moment-là. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess