Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Philippe Poutou et Nathalie Arthaud défendent une augmentation du Smic et l'interdiction des licenciements

jeudi 30 mars 2017 à 16:46 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Focus sur les programmes des « petits candidats » à la présidentielle. Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) ont axé leur programme sur l’emploi et le chômage. Ils proposent tous les deux l’interdiction des licenciements et l’augmentation du Smic

Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)
Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) © Maxppp - Jérôme Fouquet / Vincent Andorra

Côte-d'Or, France

Parmi les onze candidats qui se présenteront au premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril prochain, il y a ceux que l’on nomme « les petits candidats », ceux qui ont le plus faible pourcentage d’intentions de vote. Philippe Poutou, le candidat du NPA et Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte Ouvrière, se sont déjà présentés en 2012. Philippe Poutou avait récolté 1,15 % des suffrages, et Nathalie Arthaud 0,56 %.

Techniquement c’est possible puisque les richesses existent

Les programmes de ces deux candidats sont très similaires. Ils réclament tous les deux l’interdiction des licenciements et l’augmentation du smic. Philippe Poutou veut le fixer à 1700 euros par mois, tandis que Nathalie Arthaud voudrait un smic à 1800 euros.

A ceux qui trouvent que ce programme est idéaliste, Philippe Poutou répond : " Il y a un côté utopique qu’on assume complètement. Techniquement en tout cas c’est possible, les richesses existent, après c’est une question de choix politique. Certains ont 40 milliards d’euros dans leurs caisses et tout le monde trouve ça normal, ou presque. Et puis tout le monde s’habitue au fait qu’il y ait 6 millions de chômeurs et c’est ça qui est terrible. L’idée c’est de pouvoir vivre. "

On nous demande de faire des économies, mais il ne faut pas oublier qu’une minorité de la société se gave

Un constat partagé par Nathalie Arthaud et ses soutiens. Ils dénoncent les grands groupes qui font des bénéfices, et qui licencient quand même. Et ils veulent soutenir les Français qui travaillent, mais qui ne gagnent pas assez pour vivre. D’où cette idée du smic à 1800 euros du côté de Lutte ouvrière, comme l’explique Claire Rocher, la représentante de Nathalie Arthaud en Côte-d’Or : " le minimum pour vivre c’est 1800 euros par mois, ce n’est pas nous qui le disons, c’est le calcul fait avec le loyer, l’électricité, de quoi se nourrir et de quoi boucler les fins de mois. On nous parle sans arrêt de faire des économies, mais il ne faut pas oublier que pendant ce temps-là il y a une minorité dans la société qui se gave. "

Peu de différences donc, entre les programmes de Philippe Poutou et de Nathalie Arthaud. Mais pour Claire Rocher ça n’est pas un problème : " c’est tellement ancré dans la tête des gens qu’il n’y a plus d’argent et qu’il faut faire des économies, que je préfère qu’il y ait deux candidats plutôt qu’un seul qui rappellent ce genre de choses. "