Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDEO - Les adieux de Philippe Richert au Grand Est : "J'ai décidé de partir, n'oubliez pas de travailler ensemble"

samedi 30 septembre 2017 à 15:35 Par Céline Rousseau et Patrick Genthon, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

C'est désormais officiel, Philippe Richert (LR) a démissionné de son poste de président de la région Grand Est. L'ancien ministre l'a annoncé ce samedi 30 septembre. Il met fin à 35 ans de carrière politique.

Après 21 mois de présidence de la région Grand Est, Philippe Richert démissionne.
Après 21 mois de présidence de la région Grand Est, Philippe Richert démissionne. © Maxppp -

Grand Est, France

"C'est un moment un peu particulier qui nous réunit. Je suis très heureux de ce moment de partage, même si évidemment il y a de l'émotion, on ne tourne pas une page de 35 ans même volontairement, sans que cela laisse des traces". Philippe Richert a annoncé ce samedi 30 septembre qu'il démissionnait de son poste de président de la région Grand Est. L'ancien ministre a officialisé la rumeur qui courait depuis plusieurs jours, lors d'un discours de près d'une heure dans le hall de la maison de la région. Les 104 élus de la majorité (LR-UDI) étaient invités à assister à ce moment.

L'ancien ministre "se retire de toutes ses fonctions électives. Je resterai en retrait et je ne ferai plus de commentaires". Il a terminé son discours étranglé par l'émotion "je vous fais confiance, j'ai décidé de partir, n'oubliez pas de travailler ensemble". Il a été applaudi de longues minutes.

Philippe Richert est revenu longuement sur les circonstances de son élection à la présidence de la région Grand Est. Il a expliqué une nouvelle fois sa candidature, pour faire barrage au Front national. Cette partie du discours a été très applaudie par les élus présents.

"Oui, j'ai été de ceux qui ont manifesté contre la fusion des régions et je ne le regrette pas, mais quand le conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi de réforme des régions, je savais que ça se mettrait en place et je ne voulais pas le FN remporte la région. Je ne regrette pas d'avoir été candidat et que Monsieur Philippot n'ait pas gagné".

Le président démissionnaire a ensuite dressé le bilan de son mandat de 21 mois à la tête de la région Grand Est : la réorganisation administrative de la région, la création des 12 agences de la région Grand Est, les économies réalisées (un milliard d'euros sur cinq ans), le très haut débit dans toutes les communes ou encore les 200 TER supplémentaires dans la région.

"C'est parce que je veux préparer les élections régionales de 2021 que j'ai décidé de ne pas aller d'aller à la fin de mon mandat. Personne ne m'a demandé de partir, au contraire. C'est une décision difficile, je n'exclus pas qu'il y ait de l'émotion, mais l'intérêt général doit primer avant tout".

Enfin sur l'identité alsacienne, "elle existait avant le conseil régional d'Alsace" a redit Philippe Richert.

Un intérim à la présidence de la région Grand Est

C'est Jean-Luc Bohl, le premier vice-président du conseil régional qui assure désormais l'intérim comme le prévoient les textes. Un nouveau président devrait être élu lors de la prochaine session plénière. Elle se tiendra le 20 octobre à Metz. Plusieurs candidats sont pressentis, notamment Jean Rottner, le maire LR de Mulhouse (Haut-Rhin), la Nancéienne Valérie Debord ou encore David Valence, le maire de Saint-Dié (Vosges).

LIRE AUSSI : Grand Est : pour Jean-Luc Bohl, probable successeur de Philippe Richert, "l'isolationnisme, ce n’est pas bon"

35 ans de carrière politique

Philippe Richert met ainsi fin à 35 ans de carrière politique. L'ancien professeur de sciences naturelles, fidèle a ses convictions centristes, était devenu conseiller général du canton de la Petite Pierre en 1982. "L'homme de Wimmenau", la commune du nord du Bas-Rhin où il réside toujours, a ensuite gravi les échelons de la politique : président du conseil général du Bas-Rhin en 1998, sénateur de 2005 à 2010, jusqu'à ministre en charge des collectivités territoriales du gouvernement Fillon entre 2010 et 2012. Président du conseil régional d'Alsace (2010-2015), il prend la présidence de la nouvelle région Grand Est le 4 janvier 2016, après des élections remportées plutôt aisément en dépit de la menace du Front national.

Fidèle a ses convictions centristes, proche d'Adrien Zeller, l'ancien président de la région Alsace, Philippe Richert a débuté sa carrière sous la bannière de l'UDF, pour finalement rejoindre l’UMP, devenue aujourd’hui Les Républicains.

Alsacien avant tout

Philippe Richert a aussi connu des échecs en politique. En 1995, lorsqu'il brigue la mairie de Strasbourg et perd face à Catherine Trautmann. Plus récemment , en avril 2013, il est atteint par l'échec du référendum qui visait à créer un conseil unique d'Alsace. Opposé à la fusion des régions, il organise même une manifestation contre le projet, il deviendra ensuite le président du Grand Est. Un revirement que ne lui pardonnent pas certains Alsaciens, y compris dans son propre camp.

LIRE AUSSI : Consultation : l'avenir institutionnel de l'Alsace est-il dans le Grand Est ?