Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un "Mister Nobody" au cœur du pouvoir : les souvenirs du préfet Pierre-René Lemas, de la Moselle à l'Elysée

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Pierre-René Lemas a été préfet de la Moselle de 2006 à 2007. Il a ensuite été secrétaire général de la Présidence de la République sous François Hollande. De toutes ces années au coeur du pouvoir, il a tiré un livre "Des princes et des gens", qu'il dédicace ce vendredi à Metz.

Pierre-René Lemas, ancien préfet de la Moselle
Pierre-René Lemas, ancien préfet de la Moselle © Maxppp - Delphine Goldsztejn

Metz, France

Si son nom vous dit quelque chose, c'est normal : il a été préfet de la Moselle de 2006 à 2007. Il a ensuite été secrétaire général de la Présidence de la République sous François Hollande, entre 2012 et 2014. De toutes ces années au plus près du pouvoir, Pierre-René Lemas a tiré un livre, "Des princes et des gens", qu'il dédicace ce vendredi soir à la librairie Hisler Even à Metz, de 17h à 19h.

Un métier de l'ombre

Secrétaire général de la Présidence de la République : sous ce titre ronflant se cache une fonction de l'ombre : "J'étais un peu Mister Nobody, sourit Pierre-René Lemas. On est un peu le directeur de cabinet du président, quelqu'un qui l'accompagne, qui le conseille, qui fait marcher la machine de l'Elysée.

Je dois confesser, à ma grande honte, que je n'avais pas imaginé qu'Emmanuel Macron serait un jour président de la République."

A cette époque-là, il recrute comme adjoint un certain... Emmanuel Macron. Mais quand on lui demande si il avait pressenti le destin qui attendait son jeune collaborateur, il répond avec honnêteté : "Franchement, non. C'était un jeune inspecteur des finances, brillant, par moments assez marrant d'ailleurs, plein d'esprit ! Il avait évidemment beaucoup d'ambition et beaucoup de talent, mais je l'imaginais développer sa carrière dans les affaires, dans la politique, dans l'administration. Je dois confesser, à ma grande honte, que je n'avais pas imaginé qu'il serait un jour président de la République."

ArcelorMittal à Florange : "quand Edouard Martin est en larmes à la télévision, de colère et de dépit, c'est un échec."

Il a aussi suivi de très près le dossier ArcelorMittal à Florange, et pour lui "ce n'est pas un très bon souvenir. Les engagements qui avaient été pris par le candidat Hollande, à la fin des fins, ont été tenus par le président. Mais il y a la manière de faire. Quand Edouard Martin est en larmes à la télévision, de colère et de dépit, c'est un échec. Même s'il y a eu un redéveloppement industriel dans la vallée de la Fensch, tout ça a été vécu comme une catastrophe.

Pierre-René Lemas, invité de France Bleu Lorraine

En revanche, Pierre-René Lemas garde de bons souvenirs de sa période lorraine, entre 2006 et 2007. Pourtant, l'actualité est lourde à l'époque, avec notamment la catastrophe ferroviaire de Zoufftgen, et les débats avec les élus locaux, sur tous les sujets, sont "compliqués." Mais "il y a plein de choses à faire en Lorraine. Il y a une capacité de développement extraordinaire, malgré cette nostalgie des combats syndicaux et de la grande époque de l'industrialisation. La Lorraine a beaucoup souffert de la désindustrialisation qui a été dramatique, qui a créé beaucoup de chômage et de misère, mais en même temps, il y avait cette volonté d'en sortir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu