Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections municipales sur France Bleu Saint-Étienne Loire

Pierrick Courbon : "Pas une campagne contre Gael Perdriau mais pour un projet alternatif"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le socialiste Pierrick Courbon, proche du député Régis Juanico, sera le candidat de la gauche à l'élection municipale de Saint-Etienne. Il était l'invité de France Bleu ce lundi matin.

Pierrick Courbon le candidat de la gauche à Saint-Etienne.
Pierrick Courbon le candidat de la gauche à Saint-Etienne. © Maxppp - Yves Salvat

Saint-Étienne, France

La gauche a son candidat pour la municipale de Saint-Étienne.  C'est Pierrick Courbon qui se lance pour la liste "Saint-Etienne demain" avec pour ambition de détrôner Gaël Perdriau. C'est le 5e candidat officiellement déclaré.

INTERVIEW Pierrick Courbon sur France Bleu

France Bleu : Comment doit-on vous présenter ? Comment le candidat du Parti Socialiste ? Le candidat de la gauche ?

Pierrick Courbon : Avec "Saint-Étienne demain" nous travaillons à un projet alternatif depuis plusieurs mois maintenant. Les Stéphanois et les Stéphanoises nous ont dit que la prochaine équipe municipale devra répondre aux urgence sociales, écologiques et démocratiques. Ils ont estimé que j'étais le mieux placé pour incarner cette ambition. Je suis donc candidat pour porter ce projet mais je ne suis pas le candidat d'un parti, ni même celui de la plupart des formation politiques de gauche. 

Vous êtes le principal opposant du maire Gaël Perdriau au conseil municipal. C'est ce qui vous rend incontournable pour cette élection ? 

Ce sont les électeurs qui le décideront au premier tour. Aujourd'hui est venu le temps de la confrontation des idées et des projets pour Saint-Étienne. J'ai pour l'instant entendu des déclarations de candidature mais très peu d'idées dans le débat municipal. J'ai hâte de défendre, les idées et les valeurs pour les grandes orientations du futur de Saint-Étienne. 

Les conseils municipaux passés et les prochains sont un échauffement à un affrontement avec Gaël Perdriau ?

Je suis élu depuis 2014 et je suis l'un des plus actifs, des plus assidus. Je connais bien la machine municipale, les enjeux immédiats et ceux du long terme. La campagne je ne la mène pas contre Gaël Perdriau ou contre qui que ce soit mais pour porter un projet alternatif.

Olivier Longeon d'EELV est parti seul alors qu'il participait aux premières réunions de "Saint-Étienne demain". Quel était le problème ? Aucun de vous n'a voulu lâcher ?

On a effectivement travaillé en confiance depuis janvier avec EELV. Ils ont fait le choix d'une candidature autonome au premier tour. Je le regrette fortement mais c'est une stratégie qui n'est pas différente de ce qui se passe dans d'autres grandes villes. Une élection municipale n'est pas une transposition d'une élection européenne. De nombreux responsables écologistes d'associations ont fait le choix de rester à mes côtés car ils ont compris que la division était le meilleur allié de Gaël Perdriau. 

Vous êtes cinq aujourd'hui sur la ligne de départ. Votre handicap c'est votre notoriété publique par rapport à Gaël Perdriau ou Patrick Revelli. 

On va rentrer en campagne avec des opérations militantes dès aujourd'hui. Je ne suis pas une ancienne gloire de l'ASSE. Je ne suis pas le maire sortant mais ma force c'est le soutien populaire de nombreux Stéphanoises et Stéphanois. Nous allons mettre en place une machine pour populariser notre projet. La campagne va durer cinq mois, l'essentiel est de monter en puissance jusqu'au 22 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu