Politique

VIDEOS - Piétonisation des voies sur berges - "Des recours vont être intentés" : Jean-François Legaret

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région lundi 26 septembre 2016 à 17:38

Jean-François Legaret
Jean-François Legaret © Radio France - Martine Bréson

La piétonisation des voies sur berges : Jean-François Legaret, maire Les Républicains du 1er arrondissement de Paris, conseiller régional d'Ile-de-France, a réagi à 8h10 sur France Bleu.

La piétonisation des voies sur berges, qui était présentée aux votes du Conseil de Paris ce lundi matin, a été au coeur de l'interview de Jean-François Legaret, maire LR du 1er arrondissement et conseiller régional d'Ile-de-France. Il était l'invité de France Bleu Paris à 8h10.

Regardez l'intégralité de l'interview de Jean-François Legaret à la fin de cet article.

A retenir

"Dans le fond, sur quoi délibérons-nous car les voies sur berges sont fermées... depuis Paris Plage, mais pas de manière réglementaire puisque c'est la maire de Paris qui a pris un arrêté avec des justifications qui ne sont pas exactes donc voilà, on est dans un domaine qui est totalement en dehors de toutes formes de légalité...

On constate de sa part (la maire de Paris) un véritable dogmatisme et un refus d'écouter tous les arguments... On voit bien dans cette affaire que l'avis des Parisiens n'est pas obligatoirement tout à fait conforme à celui des Franciliens. Les Franciliens, ils ont besoin d'échanger avec Paris...

Nous avons délibéré vendredi dernier au Conseil régional et nous avons classé cette voie, voie d'intérêt régional parce qu'elle mérite cette classification... Ce n'est pas une question d'étiquette politique. Le Conseil départemental du Val-de-Marne a émis un vœu à l'unanimité? On voit que des parlementaires de Seine-et-Marne, qui appartiennent pourtant au parti socialiste, ont émis plus que des réserves. Ils demandent quoi d’ailleurs? Ils demandent un phasage, nous on avait demandé un moratoire, vous voyez, on n'est pas très éloigné sur l'usage des termes et sur l'objectif...

On ne pourrait aboutir à un résultat favorable que si on avait travaillé sur d'autres itinéraires de trafic et de transit de la région Ile-de-France et si on avait préalablement renforcé l'offre de transports en commun, ce n'est absolument pas le cas, au contraire, l'offre s'est dégradée.

Il y a un certain nombre de recours qui vont être intentés... des riverains et des commerçants ont l'intention de déposer des recours pour mise en danger de la vie d'autrui...

Il faut travailler sur la persuasion (pour réduire la place de la voiture en ville), sur d'autres moyens de transport, il faut naturellement proposer...

(Si j'étais maire de Paris)... je mettrai en pratique ce que nous avons proposé, un moratoire de deux ans... pour travailler intelligemment. Dans le centre de Paris, un cumul d'un très grand chantier, le chantier des Halles, de la Samaritaine... et que ces chantiers si tout va bien devraient être terminés dans deux ans, donc ça permettrait de travailler intelligemment et ce n'est pas ce qu'on nous a demandé de faire".

Regardez l'intégralité de l'interview de Jean-François Legaret :

A lire aussi : La piétonisation des voies sur berges à Paris a été votée lundi.