Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pithiviers : des élus de la majorité et de l'opposition s'unissent contre le maire Philippe Nolland

-
Par , France Bleu Orléans

6 élus municipaux de Pithiviers annoncent qu'ils veulent construire une alternative au maire actuel Philippe Nolland : 3 siègent dans la majorité, 3 dans l'opposition, tous regroupés au sein de l'association "Pithiviers au cœur". La première adjointe Monique Bévière est de l'aventure.

La campagne pour les élections municipales de 2020 à Pithiviers est déjà lancée
La campagne pour les élections municipales de 2020 à Pithiviers est déjà lancée © Radio France - François Guéroult

Pithiviers, France

"Pithiviers au cœur" : c'est le nom de l'association lancée officiellement ce jeudi et ce sera probablement le nom de la liste qui sera constituée pour les municipales de 2020, contre le maire sortant de Pithiviers Philippe Nolland (ex LR, proche désormais de la République en Marche). Une liste sans étiquette, qui rassemblera toutes les bonnes volontés, "parce que la situation de notre ville nous impose le rassemblement", expliquent les six élus du conseil municipal à l'origine de cette démarche. Ce matin a été mis en ligne un site Internet pithiviersaucoeur.fr ; un document et un questionnaire seront distribués aujourd'hui dans les boîtes aux lettres des habitants ; la liste sera constituée ) l'automne.

Le premier tract de "Pithiviers au cœur" diffusé aujourd'hui dans les boîtes aux lettres - Aucun(e)
Le premier tract de "Pithiviers au cœur" diffusé aujourd'hui dans les boîtes aux lettres - (capture d'écran)

3 élus de l'opposition et 3 élus de la majorité

Parmi ces six élus, trois siègent dans l'opposition : les divers gauche Chantal Pinçon et Karmen Krysa - anciennes adjointes (respectivement à la Voirie-Environnement et à la Culture) lorsque la socialiste Marie-Thérèse Bonneau était maire de Pithiviers (de 2008 à 2014)- et le LR Maxime Buizard, qui a rompu avec Philippe Nolland lors de la fermeture de la maternité en 2016. Maxime Buizard, qui est également le suppléant de la députée LR Marine Dubois, indiquait dès le mois de mars sur France Bleu Orléans qu'il travaillait à "une grande coalition" pour 2020.

Un projet qui prend donc forme, d'autant que les trois autres fondateurs de "Pithiviers au cœur" siègent dans l'actuelle majorité : il s'agit de Pédro Leitao, de Valérie Villette, conseillère municipale déléguée au Logement et surtout de Monique Bévière,  première adjointe au maire. "On s'est dit : si on fait une association, explique Monique Bévière, cela permettra aux habitants de Pithiviers venus des horizons les plus divers de s'exprimer sur leurs attentes et d'apporter leurs idées. Ce qui compte, c'est d'avoir un bon projet, à la fois ambitieux et réaliste. Que nous soyons actuellement dans la majorité ou dans l'opposition, ça ne me dérange pas : j'ai l'occasion de présider le syndicat de Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais et c'est une structure dans laquelle je n'ai jamais fait de la politique."

Que reste-t-il de la majorité municipale ?

Ce faisant, Monique Bévière ne signe-t-elle pas sa rupture avec le maire Philippe Nolland ? "Je ne sais pas si on peut parler de rupture, je ne ferais pas de commentaires sur les conditions dans lesquelles s'est passé le mandat." Le fait d'utiliser le passé en dit long, de même sa réponse sur le risque que ses relations avec le maire se dégradent après cette initiative : "Je ne sais pas si elles peuvent se dégrader davantage..."

De son côté, Philippe Nolland dira en décembre s'il est candidat à un nouveau mandat, ou s'il transmettra le flambeau à son adjoint à l'Urbanisme Anthony Brosse (LREM). Mais sa majorité est clairement fragilisée par ce nouvel épisode, qui s'ajoute au clash de mars dernier avec un autre adjoint, Clément Masson, à qui Philippe Nolland a retiré sa délégation à la Culture.