Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan de relance, décentralisation, écologie, sécurité : ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

-
Par , France Bleu

Jean Castex a prononcé ce mercredi sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale. Plan de relance industriel et écologique, lutte contre le chômage, décentralisation, sécurité : voici ce qu'il faut retenir de ce discours.

Jean Castex à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020.
Jean Castex à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020. © AFP - MARTIN BUREAU

Après l'intervention d'Emmanuel Macron, le Premier ministre Jean Castex a tracé ce mercredi après-midi devant l'Assemblée nationale la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois, sur fond de crise sanitaire et économique. Plan de relance industriel et écologique, lutte contre le chômage, décentralisation, sécurité : France Bleu récapitule l'essentiel.

Santé : 6 milliards d'euros supplémentaires

"La France vient de subir l'une des plus graves crises sanitaires qu'elle ait connues" a déclaré Jean Castex en préambule avant de rendre hommage au travail des soignants mobilisés dans la lutte contre le Covid-19. Dans la lignée du chef de l'Etat, le Premier ministre a prôné "le développement du port du masque" et "une intensification de la politique de dépistage" alors que les signes d'une reprise possible de l'épidémie se multiplient. "Ce que nous devons par-dessus tout éviter, c'est un retour à des formes strictes et larges de confinement, dont nous connaissons désormais le coût", a ajouté le chef du gouvernement.

"Notre système de santé a été rudement mis à l'épreuve " a-t-il poursuivi avant d'annoncer six milliards d'euros d'investissements supplémentaires. Ils s'ajouteront aux 13 milliards d'euros de reprise de la dette hospitalière d'ores et déjà prévu par le gouvernement et aux 8,1 milliards d'euros déjà annoncés pour améliorer la rémunération des personnels hospitaliers dans le cadre du "Ségur de la santé", a précisé Jean Castex.

Social : l'emploi, "priorité absolue" des prochains mois

La lutte contre le chômage "priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois"

La lutte contre le chômage sera "la priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois" a insisté le chef du gouvernement avant de préciser que 30 milliards d'euros cette année et 8 milliards l'année prochaine seront dédiés à la préservation de l'emploi et aux dispositifs d'activité partielle, "dans les entreprises confrontées à une baisse durable dans les carnets de commandes".

Des repas à un euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

"700.000 jeunes vont bientôt se présenter sur le marché du travail" a rappelé le Premier ministre avant de confirmer qu'un "plan pour la jeunesse sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux" sur la base des mesures annoncées par le président de la République le 14 juillet. L'Etat va créer "un dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail, à hauteur de 4.000 euros par an, pour les jeunes de moins de 25 ans, jusqu'à 1,6 SMIC, dans toutes les entreprises et pour une durée d'au moins un an" a précisé Jean Castex.

"Dès la rentrée les repas dans les restos universitaires seront à un euro pour les étudiants boursiers" a ajouté le chef du gouvernement. "1,5 milliards d'euros supplémentaires vont être investis dans la formation" a-t-il également promis.

L'allocation de rentrée scolaire revalorisée de 100 euros "dès la rentrée de septembre"

"L'allocation de rentrée scolaire sera revalorisée" de 100 euros "dès la rentrée de septembre", a annoncé le Premier ministre et "le plan pauvreté lancé par le précédent gouvernement sera poursuivi et amplifié en fonction de l'évolution de la conjoncture", a-t-il souligné. 

La réforme des retraites "nécessaire"

Concernant la réforme des retraites, le Premier ministre a jugé "nécessaire" sa mise en oeuvre et confirmé la volonté de l'exécutif de supprimer les régimes spéciaux. "En matière de retraites, la crise nous invite plus que jamais à poursuivre nos objectifs vers un système plus juste et plus équitable (...) Cela implique clairement la disparition à terme des régimes spéciaux" a-t-il déclaré.

Les partenaires sociaux seront reçus vendredi à Matignon pour échanger sur le sujet et fixer "une méthode et un calendrier pour tous les dossiers sur la table" des mois à venir. 

Plan de relance économique : 40 milliards d'euros pour l'industrie

Jean Castex a également esquissé les contours du plan de relance de 100 milliards d'euros, prévu pour la rentrée, qui misera sur la "reconquête économique" et les territoires. Environ 40 milliards d'euros seront fléchés vers l'industrie, a-t-il indiqué, arguant que la France avait atteint "un niveau de dépendance qui n'est pas raisonnable".

Le Premier ministre a en outre confirmé la création d'un haut-commissariat au plan, institution créée en 1946 et supprimée en 2006 au profit d’autres structures.

Décentralisation : les territoires au cœur de la relance

"La crise est venue frapper une France en plein doute, une France qui se divise, une France qui se crispe, et qui parfois se désespère depuis bien trop longtemps. En France, ou à tout le moins une partie d'elle qui se trouve gagnée par la peur du déclassement" a poursuivi le Premier ministre avant de lister les "France" qui "se sentent loin et laissées pour compte" : "La France des banlieues, la France rurale, France des Outre-mer." "Je sais, pour la côtoyer tous les jours, qu'existe une France qui ne dit rien, mais qui n'en pense pas moins et qui n'accepte pas cela" a-t-il ajouté s'appuyant sur sa légitimité d'élu local. "Notre première ambition, immense" sera de "réconcilier ces France si différentes, les souder ou les ressouder" a-t-il affirmé. 

Pour y parvenir le chef de gouvernement entend s'appuyer sur les territoires. Louant une nouvelle étape de la décentralisation, Jean Castex a annoncé que "toutes les créations" de postes qui seront permises par le projet de loi de finances pour 2021 "se feront dans des services départementaux" et non dans les administrations centrales. Il a aussi proposé la création d'un "droit à la différenciation" des territoires, consacré dans une loi organique.

Ecologie : "plus de 20 milliards d'euros" pour la rénovation thermique des bâtiments

Le plan de relance doit aussi permettre de "faire de l'économie française la plus décarbonée d’Europe" a affirmé le chef du gouvernement. "Plus de 20 milliards d'euros" seront consacrés à la rénovation thermique des bâtiments, à la réduction des émissions et au soutien des "technologies vertes" a-t-il assuré. Le gouvernent veut "réduire les émissions des transports et de nos industries, produire une alimentation plus locale et durable, soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, mieux recycler et moins gaspiller", a-t-il détaillé vantant une politique de "croissance écologique" mais pas de "décroissance verte". "Nos entreprises doivent évoluer, et les investissements massifs du pacte productif vont les y aider". "A nous de concilier transition écologique et pouvoir d'achat", a-t-il ajouté, rappelant que les travaux allaient commencer pour mettre en oeuvre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Le plan de relance prévoira en outre "un plan vélo très ambitieux" et "contractualisé" avec les collectivités a indiqué Jean Castex, "d'ici la fin de 2021, nous souhaitons que tous les territoires (...) soient dotés de contrats de développement écologiques".

Vivre ensemble et sécurité : projet de loi contre le "séparatisme" à la rentrée

Le Premier ministre Jean Castex s'est enfin engagé à apporter une réponse "ferme et sans complaisance" aux "minorités ultra violentes", qui "viennent systématiquement ternir les manifestations", et à "la banalisation de la délinquance du quotidien". "Les violences commises dans les quartiers des Grésilles et de Chenôve à Dijon, l'attaque ignoble contre un chauffeur de bus à Bayonne, les guet-apens tendus aux représentants des forces de l'ordre et à nos pompiers dans certains quartiers, les trafics en bas des cages d'escaliers, la banalisation de la délinquance du quotidien sont autant de faits inacceptables qui exaspèrent les Français", a-t-il déclaré devant les députés se prononcant pour la création de "juges de proximité" pour réprimer "les incivilités du quotidien".

"Lutter contre l'islamisme radical sous toutes ses formes est et demeure l'une de nos préoccupations majeures" a-t-il complété. Un projet de loi "contre les séparatismes", pour "éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenance ethnique ou religieuse", sera présenté à la rentrée. 

"S'agissant du plan de rénovation urbaine visant à restaurer la République dans les quartiers et à permettre l'émancipation de leurs habitants, il faut que d'ici la fin de l'année prochaine, les travaux aient effectivement démarré dans 300 des 450 quartiers concernés", a encore souhaité le chef du gouvernement.

L'essentiel de la déclaration de politique générale de Jean Castex.
L'essentiel de la déclaration de politique générale de Jean Castex. © Visactu - as
Choix de la station

À venir dansDanssecondess