Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Plusieurs sites franciliens du cimentier Lafarge occupés par des militants d'Extinction Rebellion

Par

Les activistes écologistes d'Extinction Rebellion ont investi trois sites de Gennevilliers et celui du port de Javel à Paris appartenant au cimentier Lafarge. En quelques heures, ils ont rendu des machines inopérantes pour plusieurs jours pour dénoncer la bétonisation des terres agricoles.

Les militants sont partis d'eux-mêmes du site de Javel après avoir rendu les machines inopérantes pour plusieurs jours Les militants sont partis d'eux-mêmes du site de Javel après avoir rendu les machines inopérantes pour plusieurs jours
Les militants sont partis d'eux-mêmes du site de Javel après avoir rendu les machines inopérantes pour plusieurs jours © Radio France - Emmanuel Grabey

Plusieurs sites franciliens du cimentier Lafarge ont été occupés mardi soir et mercredi par une centaine de militants écologistes du mouvement Extinction Rebellion. Mercredi matin, ils ont libéré les trois sites de Gennevilliers, dans les Hauts de Seine, où ils s'étaient installés la veille au soir. Ils se sont dirigés dans la foulée vers l'usine du port de Javel, dans le 15e arrondissement de Paris, qu'ils ont investie pendant quelques heures. Dès 9 heures du matin, les militants se sont installés sous les malaxeurs de béton : impossible dès lors pour les camions de charger et de livrer le matériau attendu sur plusieurs chantiers de la région.

Publicité
Logo France Bleu

"Ça doit servir à construire des logements, des écoles, des hôpitaux, des chantiers d'utilité collective, des chantiers d'infrastructures de transport, notamment", peste Loïc Leuliette, le directeur de la communication de Lafarge, présent sur les lieux de l'occupation. "Tous ces chantiers qui sont péjorés par ces actions, ça peut entraîner des retards. Au total, ce sont les Parisiens et les Franciliens qui en paieront le prix."

Protester contre l'artificialisation des sols et la bétonisation des terres agricoles

Ce n'est pas la première fois qu'Extinction Rebellion prend pour cible des sites du groupe, mais selon Loïc Leuliette, un cap a été franchi. "Jusqu'à présent, on était dans des occupations pacifiques qui perturbaient nos opérations. On avait pris certaines dispositions, mais les dégâts à Gennevilliers vont effectivement nous embêter pendant une certaine période."

Sur le bâtiment de l'usine de Javel, les militants avaient déployé des banderoles et tagué des slogans comme "Désarmons le béton" ou "Construire à en crever". "Il ne faut absolument plus construire", assume Anton, un des membres du collectif. "Le béton, c'est 8% des émissions de CO² mondiales. L'industrie de la construction, quand on prend toute la vie d'un bâtiment, c'est 40%. Aujourd'hui, en France, on a dix fois plus de logements vides que de personnes à la rue".

La question n'est pas comment on construit plus, la question, c'est comment on se nourrit ! 

"Paris, c'est trois jours d'autonomie alimentaire", poursuit l'activiste. "Il faut arrêter de mettre du béton partout. Sur le plateau de Saclay, les agriculteurs sont expropriés à 10.000 euros l'hectare. Les hectares viabilisés sont revendus quatre millions d'euros... 400 fois plus ! C'est des industries qui sont des machines à faire du pognon. Donc on est là pour, petit à petit, désarmer ces sites pour engager un bras de fer contre cette industrie."

Comme à Gennevilliers, les activistes sont partis d'eux-mêmes en quelques heures, après avoir dégradé les machines pour les rendre inopérantes pour plusieurs jours. Le groupe Lafarge annonce qu'il porte plainte pour les occupations de ses sites.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu