Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Police Municipale à Paris : bientôt 3.400 agents

-
Par , France Bleu Paris

On connait le visage de la future police municipale de Paris. La maire de la capitale, Anne Hidalgo a participé mardi 16 juillet 2019 à une cérémonie de présentation des nouvelles recrues. 200 agents ont été recrutés en plus des 3.000 déjà en fonction. Ils seront 3.400 à la fin de l'année.

Une petite centaine d'agents de la future Police Municipale de Paris ont été présentés à la maire Anne Hidalgo ce mardi.
Une petite centaine d'agents de la future Police Municipale de Paris ont été présentés à la maire Anne Hidalgo ce mardi. © Radio France - Laëtitia Heuveline

Paris, France

Cette future Police Municipale aura trois missions principales : lutter contre les incivilités, fluidifier la circulation et veiller à la tranquillité publique.
Plusieurs innovations selon la mairie de Paris. Premièrement la création d'une brigade de médiation. Ce sont des agents formés pour désamorcer les tensions en ville. On les reconnait par leur uniforme : un polo bordeau sur lequel est écrit "Ville de Paris – Médiation". C'est une innovation selon le futur patron de cette police municipale Michel Felqay : " Nous sommes la première police municipale à recruter en tant que fonctionnaire territorial des agents médiateurs de la ville de paris. Ils sont là pour apaiser !"

Notre arme c'est la parole

Pour apaiser sur le terrain Sébastian, une nouvelle recrue, a une technique infaillible : "Notre arme c'est la parole, on ne fait pas de répression. On s'occupe de tout ce qui est sans-abris, toxicomanes, on prend beaucoup de contacts avec les commerçants, les points école. On sent qu'on apporte quelque chose à la ville." 

Anne Hidalgo l'a répété, "cette police municipale, j'y crois, j'y tiens et elle sera de plus en plus féminisée". D'ailleurs, dans les rangs des médiateurs, la fierté se lit dans les yeux de Tracy qui estime qu'une femme dans une brigade apporte une réelle valeur ajoutée. "C'est un peu plus d'harmonie confie la jeune recrue, une autre approche. On apporte de la discussion, on essaie de créer le lien, de montrer que la mairie de Paris est là, que la médiation est là et qu'on n'est pas cachés !"
Ces médiateurs peuvent, comme tous les futurs policiers municipaux, verbaliser. Au total, depuis le début de l'année 60.000 PV ont été émis. 

Un sonomètre contre les nuisances sonores

Trente sonomètres ont été achetés, tout comme des gilets tactiques, des bombes lacrymogènes et des rampes lumineuses pour les véhicules pour un investissement total d'un million et demi d'euros

À Paris, la nuisance sonore est la première nuisance selon Michel Felqay qui explique : _"J'ai doté chacune des brigades de ces sonomètres qui permettent d'enregistrer les décibels que ce soit dans les lieux festifs, que dans les lieux touristiques ou les lieux où il y a beaucoup de terrasses de café. 80 décibels c'est le niveau d'une tronçonneuse. Nous intervenons à partir de 55 décibels. Cela veut dire qu'on peut dire à une personne qu'elle fait trop de bruit et on peut aller voir un gérant de débit de boisson pour lui demander de faire baisser le volume sonore de la terrasse sous peine d'être verbalisé pour tapage nocturne_." 

le futur patron de la Police Municipale de Paris présente le sonomètre qui permet aux brigades d'enregistrer les décibels et verbaliser pour tapage nocturne. - Radio France
le futur patron de la Police Municipale de Paris présente le sonomètre qui permet aux brigades d'enregistrer les décibels et verbaliser pour tapage nocturne. © Radio France - Laëtitia Heuveline

Les agents désormais joignables au téléphone

En attendant la mise en place de la police municipale, les agents recueillent depuis le 1er juillet les remontrances et signalements des Parisiens au numéro d'appel 3975 de 8h à 19h et la ville travaille à un accueil téléphonique 24h/24 7j/7. 

Une police qui fait débat dans l'opposition et la majorité. Yves Contassot, le co-président du groupe Génération.s au conseil de Paris estime dans le JDD que son pouvoir sera très limité parce que "pour procéder à une arrestation, le policier municipal devra appeler le policier national." Gaspard Gantzer, candidat sous l’étiquette "Parisiennes, Parisiens" parle d’une "demi-mesure de fin de mandat" et d’un "revirement tactique et politicien" en vue des futures élections municipales de 2020 à Paris.

Insécurité grandissante

La police municipale "ne règle pas tout", reconnait l'adjointe en charge de la sécurité, Colombe Brossel, et "ne peut pas être efficace si la partie relative à la lutte contre la délinquance, le trafic de drogues, les violences est moins assurée" par la police nationale. Selon des chiffres mis en ligne par le ministère de l'Intérieur sur le site data.gouv.fr, les coups et blessures volontaires ont augmenté de près de 7% à Paris entre les premiers semestres 2018 et 2019. Les cambriolages dans la capitale sont en hausse de 11,1% au cours de la même période, tandis que les vols dans les lieux et locaux publics explosent de 17,8%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu