Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Policiers "barbares" : Jean-Luc Mélenchon appelle à ne pas contre-manifester face aux policiers

-
Par , France Bleu

150 policiers manifestent devant le siège de La France Insoumise après les propos de Jean-Luc Mélenchon sur les policiers "barbares". Le leader de LFI a appelé à ne pas contre-manifester. Christophe Castaner, lui, va signaler ses propos à la justice.

Des policiers manifestent devant le siège de La France Insoumise à Paris, jeudi  26 septembre.
Des policiers manifestent devant le siège de La France Insoumise à Paris, jeudi 26 septembre. © AFP - JACQUES DEMARTHON

Paris, France

La police sous les balcons de La France Insoumise. Environ 150 policiers ont répondu à l'appel du syndicat Alliance à manifester à 11h, ce jeudi, devant le siège du parti, à Paris, pour protester contre les propos de Jean-Luc Mélenchon. Mardi, en marge des manifestations contre la réforme des retraites, le leader de LFI avait qualifié les policiers de "barbares". Des propos "provocateurs, d'intimidation et d'outrage" avait dénoncé immédiatement le syndicat de police. Une dizaine de "gilets jaunes" étaient présents également.

Jean-Luc Mélenchon appelle à un "siège mort"

Face à la colère des policiers et à cet appel à se rassembler devant les locaux du parti, Jean-Luc Mélenchon dénonce l’attitude "inacceptable" d’un syndicat "très violent". Mais dans une vidéo sur son compte Twitter, le leader du parti demande aussi aux salariés et militants de La France Insoumise ne pas se rendre au bureau ce jeudi. "On redoute qu’ils fassent des provocations", explique-t-il pour appeler à un "siège mort". 

"Je demande formellement à nos amis qui devaient être au siège, de ne pas y être. On ne sait jamais ce qu’ils sont capables de vous faire, des violences qu’ils sont capables de vous faire subir", argue l'élu.

Un signalement au procureur

De son côté, et alors que le syndicat de police réclame un dépôt de plainte depuis mercredi, Christophe Castaner va signaler les propos de Jean-Luc Mélenchon à la justice, au procureur de la République, en vue d'éventuelles poursuites. "Je ferai ce que l'on appelle un article 40 et je demanderai au procureur de la République, comme je le fais chaque fois que les policiers sont mis en cause, d'étudier et de voir la faisabilité d'une poursuite", a expliqué le ministre de l'Intérieur sur RTL.

"Je ne fais aucune différence entre Jean-Luc Mélenchon et n'importe qui qui met en cause l'honneur et la probité de la police", a rappelé Castaner, qui a redemandé des "excuses" au leader de la France Insoumise, jugeant ses propos "dangereux" et estimant que celui-ci était désormais dans "une dérive personnelle".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu