Infos

Policiers en colère : 250 millions d’euros débloqués, les manifestations se poursuivent

Par France Bleu, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 26 octobre 2016 à 20:24

De nouvelles manifestations de policiers se sont déroulées mercredi soir dans plusieurs villes de France.
De nouvelles manifestations de policiers se sont déroulées mercredi soir dans plusieurs villes de France. © Maxppp - Thomas Padilla

Le gouvernement a annoncé le déblocage d'une enveloppe de 250 millions d'euros pour améliorer le matériel des policiers. Les syndicats sont satisfait, mais de nouvelles manifestations de nuit se sont déroulées ce mercredi soir dans plusieurs villes de France.

Face à la grogne des policiers qui dure depuis dix jours, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé ce mercredi soir à l'issue d'une rencontre avec les syndicats de policiers à l'Elysée qu’une enveloppe de 250 millions d’euros serait allouée aux équipements des policiers. Les annonces de Bernard Cazeneuve ont satisfait les syndicats, qui ont salué des mesures "très importantes". Nous attendons bien évidement que, très rapidement, elles soient mises en oeuvre", a réagi Jean-Claude Delage, secrétaire général d'Alliance, premier syndicat de gardiens de la paix, saluant "une avancée importante".

De nouvelles manifs sauvages à Marseille, Lyon et Le Mans

Mais certains n'ont pas été convaincus par ces annonces : une centaine de policiers ont sillonné les artères du Mans. A Marseille, un cortège de voitures, sirènes hurlantes, a parcouru le centre ville, de la mairie à la place Castellane et à Lyon, une centaine d'autres ont manifesté vers 22H30, rapidement rejoints par une trentaine de pompiers, venus exprimer leur soutien, d'après l'AFP.

Les conditions de la légitime défense pourraient être modifiées

La mesure était réclamée par les syndicats : les ministères de l'Intérieur et de la Justice vont étudier "les conditions d'évolution de la légitime défense", dont les policiers réclament l'assouplissement des règles, afin de faire des "propositions", dès la fin novembre, au Parlement, a annoncé Bernard Cazeneuve.

Les sanctions pour outrage alourdies et moins de gardes statiques

Le gouvernement promet de "débarrasser" les policiers des "tâches indues" comme les gardes statiques devant les bâtiments. Les sanctions pour "outrages" à l'encontre des forces de l'ordre pourraient être durcies, pour devenir égale à celles prévues pour l'outrage à magistrat (6 mois vs 1 ans). En outre, les mesures pour protéger l'anonymat des policiers vont être renforcées, "dans le cadre des procédures qui le justifient" mais aussi pour "certaines interventions" lors desquelles les policiers pourront revêtir une cagoule. L’ensemble de ces mesures seront présentées devant le Parlement à la fin du mois de novembre.

Des gilets pare-balles, des casques, des boucliers et des fusils d'assaut

Dans le détail, les compagnies départementales d'intervention et des compagnies de sécurisation devraient, si l'on en croit le ministre de l'Intérieur, recevoir des casques balistiques, des gilets pare-balles porte-plaques et des fusils d'assaut HK G36. Le ministre a aussi promis "dès le 1er janvier 2017" la livraison, entre autres, de 20.000 gilets pare-balles, de 8.000 casques et visières, de 4.730 boucliers ainsi que de nouvelles armes. Le parc automobile sera en outre augmenté de 3.080 véhicules neufs pour la police nationale, 3.300 pour la gendarmerie.

Le plan d'urgence de Bernard Cazeneuve - Visactu
Le plan d'urgence de Bernard Cazeneuve © Visactu

Partager sur :