Politique

Jean-Claude Frécon, sénateur socialiste de la Loire est décédé

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 10 décembre 2016 à 16:42

Le Sénateur de la Loire Jean-Claude Frécon
Le Sénateur de la Loire Jean-Claude Frécon © Maxppp - Maxppp

L'ancien maire de Pouilly-lès-Feurs et actuellement Sénateur de la Loire est décédé subitement ce samedi après midi d'un infarctus. Il avait 72 ans

C'est un choc pour la classe politique ligérienne et le Parti Socialiste dont il était une figure de proue depuis des années : Jean-Claude Frécon est décédé des suites d'un infarctus massif. Il revenait d'un déplacement à Chavanay quand il s'est écroulé auprès de son attaché parlementaire en voiture. Il a rapidement été amené à l’hôpital de Givors où il n'a pas pu être ramené à la vie.

Natif de Castellane dans les Alpes de Haute-Provence, c'est dans la Loire qu'il a réalisé l'intégralité de sa carrière politique. Maire de Pouilly-lès-Feurs pendant 23 ans, de 1983 à 2006, il avait également été Conseiller Générale du canton de Feurs de 1979 à 2002. Jean-Claude Frécon était Sénateur de la Loire depuis 2001, il avait été réélu en septembre 2011. Il était également engagé auprès de l'AMF, l'Association des Maires de France dont il aura été vice-président pendant 18 ans.

Réaction de Régis Juanico (communiqué)

"Notre camarade et ami sénateur Jean-Claude Frécon vient de nous quitter brutalement, sur la route du retour du marché aux vins de Chavanay, où il se rendait chaque année. Au nom de tous les socialistes de la Loire, je veux exprimer l'émotion et l'immense tristesse que représente le choc de sa disparition brutale. Jean-Claude Frécon était un modèle pour nous tous. (...) Élu Sénateur de la Loire en 2001 et réélu brillamment en 2011 à la tête de la liste de la gauche, il était devenu un spécialiste reconnu au sein de la commission des Finances du Sénat des finances locales sur lesquelles il était intarissable. Orateur talentueux et passionné, il avait convaincu à force de convictions les grands électeurs du département bien au-delà de son propre camp politique. Nous perdons ce jour un ami, un frère, un père. Notre chagrin est immense."