Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Politique : PNC/Femu, les raisons du désaccord

-
Par , , France Bleu RCFM

Jean-Christophe Angelini, le leader du Partitu di a Nazione Corsa, est revenu aujourd’hui dans notre édition de la mi-journée sur les raisons qui l’ont poussé à refuser de participer à l’assemblée générale constitutive du grand parti nationaliste, Femu a Corsica, voulu par Gilles Simeoni.

Jean-Christophe Angelini était l'invité du Club de la presse sur RCFM
Jean-Christophe Angelini était l'invité du Club de la presse sur RCFM © Radio France - RCFM

Trois raisons principales qui ont aussi poussé Jean Christophe Angelini à créer un nouveau groupe au sein de la majorité, à l'assemblée de Corse (cliquez ici pour voir l'article d'hier).

« Il y a aujourd’hui du PNC un engagement fort pour l’autodétermination, qui n’est pas forcément aussi net du côté de Femu a Corsica ; il y a deuxièmement une question de gouvernance. Nous avons été destinataire de la liste de l’exécutif prévu pour dimanche(ndlr : jour de l’AG constitutive de Femu), nous respectons tout à fait le choix de nos partenaires, mais cette liste vient aussi acter des visions qui sont très différentes. Et enfin, il y a la vision globale du parti. Nousvoulons continuer dans un parti de militants… alors que nos partenaires veulent privilégier un parti de gouvernement ; les deux ne sont pas incompatibles, mais il y a des choix à faire ».

Jean-Christophe Angelini

Pas de rupture

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ces arguments ont ainsi milité en faveur de la constitution d’un nouveau groupe à l’assemblée de Corse, mais partie intégrante de la majorité : « il n’y a pas de déchirement et pas de querelle d’ego, mais des choix politiques », affirme le président de l’ADEC (Agence de Développement Economique de la Corse) « qu’aurions-nous dit si nous avions quitté le conseil exécutif ou la majorité territoriale… voire l’hémicycle ? » s’interroge encore Jean Christophe Angelini.

Jean-Christophe Angelini

« Une séquence s’achève et il bon qu’elle s’achève en ces termes-là. Il y a toujours eu trois réalités au sein de la majorité territoriale, et aujourd’hui elles sont consacrées par autant de groupes. Il n’y a pas de démission et au contraire _une fidélité sans faille à la majorité notamment envers le président de l’exécutif_, ès-qualité. Mais on ne peut pas tous accepter et notamment le rythme, imposé au forceps », conclut Jean Christophe Angelini.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess