Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pollution : les véhicules de livraison vieillissants interdits en centre-ville de Grenoble

mardi 7 juin 2016 à 19:21 Par Antonin Kermen, France Bleu Isère

La communauté d’agglomération de Grenoble vient d’annoncer qu’à partir de janvier prochain, les véhicules de livraison les plus anciens seront bannis du centre-ville, dans le but d’améliorer la qualité de l’air.

Les véhicules de livraison polluants bannis de Grenoble. Image d'illustration.
Les véhicules de livraison polluants bannis de Grenoble. Image d'illustration. © Maxppp -

Grenoble, France

Dans l’agglomération, le transport de marchandises représente selon la Métro 37 000 véhicules par jour, et 10% des émissions de gaz à effet de serre. Dans le but d’améliorer la qualité de l’air, la communauté d’agglomération et le SMTC (Syndicat mixte des transports en commun) ont présenté ce jeudi un plan d’action de plusieurs mesures. La plus symbolique : l’interdiction du centre-ville aux véhicules de livraison les plus anciens, et ce dès janvier 2017. Sont concernés les utilitaires légers antérieurs à octobre 1997 et les poids lourds antérieurs à octobre 2001. Ces véhicules représenteraient selon le SMTC 8% du parc automobile des livreurs.

“Réduire les nuisances environnementales et sonores” - Eric Piolle, maire de Grenoble

En parallèle de ce changement de règlementation, la Métro a aussi annoncé la création d’un Centre de Distribution Urbaine. Les marchandises y arriveraient comme aujourd’hui, et les derniers kilomètres de la livraison seraient effectués par ce “CDU” via des véhicules moins polluants, comme l’explique le maire de Grenoble Eric Piolle : “Les objectifs sont de réceptionner, trier et réexpédier les marchandises à bord de véhicules écologiquement responsables et adaptés au milieu urbain [pour] réduire les nuisances environnementales et sonores”. Ainsi, à la fin de l’année 2017, la Métro espère atteindre 14% des livraisons par vélo.

Activité économique et protection de l’environnement ne sont pas incompatibles assure le président du SMTC. Yann Mongaburu promet même grâce à ce centre de distribution une meilleure organisation de la logistique pour les commerçants. "L'idée serait que lorsque le livreur va chez le commerçant, il ne se contente pas de déposer des marchandises, mais qu’il en récupère : déchets en carton, huiles usagées, mais aussi livraisons vers les clients, en soirée par exemple, pour apporter une nouvelle activité aux commerces de proximité déjà rudement concurrencés par le business en ligne."

Vers une interdiction du diesel ?

Et l’agglomération grenobloise ne compte pas s’arrêter à cette première interdiction. A l’horizon 2020, ce sont tous les véhicules de livraison roulant au diesel qui pourraient être bannis. Dès cet été, une concertation va être lancée avec les commerçants et les livreurs pour réfléchir à l’élargissement du dispositif pour, selon la Métro et le SMTC, “étudier les scénarios visant l’interdiction progressive de l’usage de la motorisation diesel”.