Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Téléphone en prison : les syndicats girondins sceptiques sur la mesure

-
Par , France Bleu Gironde
Gironde, France

Le ministère de la Justice a décidé, ce mardi, d'introduire des téléphones fixes dans chaque cellule de prison. Dans la métropole bordelaise, certains syndicats s'inquiètent de cette mesure et se disent sceptiques quant à son efficacité.

Selon le ministère de la Justice, l'introduction du téléphone fixe dans les cellules permettrait de réduire le trafic des téléphones mobiles.
Selon le ministère de la Justice, l'introduction du téléphone fixe dans les cellules permettrait de réduire le trafic des téléphones mobiles. © Maxppp - C.Lefebvre

Il y aura désormais des téléphones fixes dans la quasi-totalité des cellules de prison. C'est l'initiative prise par le ministère de la Justice ce mardi. Il s’agit, selon la chancellerie, de permettre aux détenus d’appeler quatre numéros de téléphone, autorisés par le juge ou l’administration pénitentiaire. Cela répondrait à un double objectif : aider à maintenir les liens familiaux, tout en diminuant les trafics de téléphone portable dans les prisons.

Des synidcats sceptiques sur la mise en place de la mesure

Certains syndicats s’inquiètent de la mise en place du dispositif. Dans les établissements pénitenciers, chaque communication téléphonique doit être contrôlée par des surveillants. “Si on multiplie le nombre de téléphones, on va multiplier le nombre d’écoutes. Cela va demander des moyens humains supplémentaires”, explique Nicolas Peyrin, membre la CGT Pénitentiaire à Bordeaux.

D'autres sont sceptiques sur l'efficacité de la mesure. “Les téléphones portables font partie du mode de vie carcéral. Certains utilisent le mobile pour gérer leur business, mais la plupart s’en servent surtout pour se montrer sur les réseaux sociaux", souligne Hubert Gratraud, du syndicat Force Ouvrière de la maison d’arrêt de Gradignan. Le ministère de la Justice, lui, avance que le dispositif a permis une baisse de 31% des saisies de téléphones mobiles dans l’établissement test. 

Le téléphone fixe serait trop cher pour les prisonniers

L'introduction du téléphone fixe dans chaque cellule sera gérée par une entreprise privée, qui se rémunérera sur le prix de la communication. Aujourd'hui, une minute de téléphone en prison coûte aux alentours de 50 centimes d’euros.  “_Il est bien moins cher et bien plus rentable, pour un détenu, d’avoir un mobile_, même illégalement, que de payer des minutes de téléphone fixe”, affirme un surveillant pénitentiaire à Bordeaux.

Les premiers établissements seront équipés d'ici la fin de l'année 2018. Un appel d'offres est en cours et devrait être signé en avril ou en mai. Toutefois, il est encore trop tôt pour savoir quand les prisons girondines rejoindront le dispositif, et quelles seront les modalités exactes de mise en place.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess