Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans

PORTRAIT - Qui est François de Rugy, successeur de Nicolas Hulot au gouvernement ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

François de Rugy a efficacement attendu son heure. Après avoir été président de l'Assemblée nationale entre juin 2017 et septembre 2018, l'ancien adjoint à la mairie de Nantes a été nommé ministre de la Transition écologique et solidaire ce mardi, à la place de Nicolas Hulot.

François de Rugy, ex-président de l'Assemblée nationale devenu ministre.
François de Rugy, ex-président de l'Assemblée nationale devenu ministre. © AFP - Joël Saget

Réélu député dans sa 1re circonscription de Loire-Atlantique (Nantes-Orvault-Sautron) avec plus de 66% des voix sous l'étiquette LREM en 2017, premier président de l'Assemblée nationale sous l'ère Macron, François de Rugy, 44 ans, a efficacement tracé son chemin. Dès 2012, après l'élection de François Hollande, il ne cachait pas son ambition d'être nommé ministre. Il sera finalement le successeur de Nicolas Hulot, en charge du portefeuille de la Transition écologique et solidaire.

Nantais, fils d'un couple d'enseignants, François Goullet de Rugy a fait disparaître une partie de son nom, témoin de ses origines nobles. Diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris en 1995, c'est quatre ans plus tôt, son baccalauréat obtenu au lycée Guist'hau, qu'il s'engage en politique, à Génération écologie, aux côtés de Brice Lalonde. Parti qu'il quitte ensuite pour rejoindre Les Verts en 1997.

Opposé à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Il décroche son premier mandat électif en 2001, à la mairie de Nantes, où il devient adjoint au maire de Jean-Marc Ayrault, chargé des transports. Au cours de ce mandat, il s'oppose au maire de Nantes sur le dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il fait son entrée à l'Assemblée nationale en 2007, élu député de la 1re circonscription de Loire-Atlantique avec le soutien du Parti socialiste, où il siège à la commission des Finances. Réélu en 2012, toujours avec le soutien du Parti socialiste, François de Rugy siège à la commission de la Défense nationale et est coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale. Entre 2008 et 2014, il est aussi conseiller municipal à Orvault et président de la commission des mobilités à la Communauté urbaine Nantes métropole.

C'est en 2015 que les choses se corsent avec son parti politique devenu Europe Ecologie - Les Verts. En août, François de Rugy claque la porte du parti et redit son ambition de travailler au gouvernement. L'année suivante, en mai 2016, il devient vice-président de l'Assemblée nationale et rejoint, avec cinq autres députés, le groupe socialiste. Quelques mois plus tard, en juillet, il annonce qu'il sera candidat à la primaire de la gauche pour l'élection présidentielle.

-

Réélu largement député mais pas de ministère

Arrivé en 5e position (sur 7), il obtient 3,88% des voix. Mais ne s'avoue pas vaincu, puisqu'il annonce quelques semaines plus tard, alors même qu'il avait signé une charte l'engageant à soutenir à la présidentielle le vainqueur de la primaire de la gauche, qu'il rallie En Marche ! Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron est élu président de la République. Bonne pioche.

Réélu largement dans sa circonscription de Loire-Atlantique mais sans poste au gouvernement d'Edouard Philippe, François de Rugy fait très vite savoir qu'il se porterait candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. Cette fois, c'est la bonne et il s’empare du perchoir : le 27 juin, il est en effet élu par ses pairs, avec 353 voix sur 543 bulletins exprimés

Quand de Rugy recycle le ministère de Hulot

Un peu plus d'un an après sa prise de fonction, c'est la démission surprise de Nicolas Hulot qui lui offre l'opportunité d'intégrer le gouvernement à 44 ans. Et dans un ministère qui le renvoie à ses premières amours : celui de la Transition écologique et solidaire. Le 4 septembre, soit un peu plus d'une semaine après l'annonce fracassante de Nicolas Hulot, François de Rugy est en effet nommé ministre lors d'un mini-remaniement opéré au début de la deuxième année de mandat d'Emmanuel Macron.

D'autres présidents de la chambre basse du Parlement avaient avant lui quitté le perchoir pour un ministère, le dernier en date étant Laurent Fabius en 2000.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess