Politique

PORTRAIT - Régis Juanico, député de la Loire et porte-parole de Benoît Hamon

Par Virginie Salanson et Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 24 janvier 2017 à 14:54

Régis Juanico , porte parole de Benoit Hamon
Régis Juanico , porte parole de Benoit Hamon © Radio France - yves renaud

Deux jours après le premier tour de la primaire socialiste, les soutiens de Benoît Hamon et Manuel Valls ont déjà relancé la campagne pour leur candidat. France Bleu Saint-Étienne Loire recevait ce mardi matin Régis Juanico, député de la Loire (1re circ) et porte-parole national de Benoît Hamon.

Le second tour de la primaire de la gauche aura lieu dimanche 29 janvier et le duel entre les deux finalistes, Benoît Hamon (36% des voix au premier tour), et Manuel Valls, (31% des voix) est déjà lancé !

France Bleu Saint-Étienne Loire recevait ce mardi matin le porte-parole national de Benoit Hamon, Régis Juanico. Celui qui est aussi député de la première circonscription de la Loire est proche de Benoit Hamon depuis plus de 25 ans. La rencontre entre les deux hommes date des années 90 au sein du MJS, le Mouvement des Jeunes Socialistes. Régis Juanico avait, à l'époque, 18 ans et venait tout juste d’adhérer au mouvement. La complicité entre eux s'est encore renforcée quand il a pris le succession de Benoit Hamon à la tête du mouvement MJS en 1995.

Amis depuis plus de 25 ans

Régis Juanico défend, avec son ami, une vraie continuité d'objectif et de pensée, que ni les recompositions ni les changement de mouvance au sein du parti socialiste n'ont changé. L'élection de Régis Juanico au Conseil général en 2004, puis comme député en 2007 n'ont fait que conforter la complicité entre les deux hommes. La récente nomination comme vice-président du groupe socialiste à l'assemblée projette encore un peu plus Régis Juanico sur le scène nationale. Depuis le début de la campagne de Benoit Hamon. Régis Juanico s'est investi à 200% autour de son ami, dont la première place au premier tour de la primaire à gauche ne le surprend pas.

Benoit Hamon (à g.) et Régis Juanico (à d.) en juin 2016. - Maxppp
Benoit Hamon (à g.) et Régis Juanico (à d.) en juin 2016. © Maxppp -

La première place à la primaire : "Pas une surprise, un objectif !"

Cette première place, pour lui, ce n'est "pas une surprise, l'objectif c'était qu'on arrive en tête (...) vous dire qu'on s'attendait à arriver nettement en tête, je vous mentirais. (...) On a eu une très belle campagne" se félicite Régis Juanico, "l'appel sans ambiguïté d'Arnaud Montebourg (...) et de Martine Aubry fait une belle dynamique pour le second tour. Je souhaite une victoire très nette sur la ligne politique de Benoit Hamon contre Manuel Valls. Si nous avons une victoire très nette, nous aurons derrière l'élan pour notre candidat à la présidentielle".

Il a un projet cohérent pour notre société, qui pense les transitions de demain"

Ce jeudi, Régis Juanico a vanté un candidat Hamon qu'on "a toujours eu tendance à sous-estimer dans le passé. (...) Il a réussi notamment, par un discours tourné vers l'avenir, qui pense les transitions de demain, à donner cette impression qu'il avait un projet cohérent pour notre société (...) donc, aujourd'hui c'est une gauche concrète et pas simplement une gauche utopique".

À propos des suspicions de manipulation des chiffres de participation au 1er tour, Régis Juanico a regretté la gestion de la Haute autorité "J'aurais aimé un petit peu plus de professionnalisme dans la gestion et la centralisation des résultats au niveau national. Au niveau local, ça s'est très bien passé. Bon, pour la primaire de la droite, les résultats ont été connus le mercredi soir. [Ce mic-mac] fait un peu amateur, mais j'espère que dimanche prochain il n'y aura plus de soucis".

Avant de conclure, "une fois que Benoit Hamon sera désigné dimanche prochain, je l'espère très largement, il y aura une dynamique en faveur de notre candidat au delà du PS, notre noyau dur, un candidat de l'ensemble de la gauche écologiste et citoyenne".

↓ Réécoutez l'interview de Régis Juanico en intégralité (5min)

Régis Juanico interviewé par Jérémy Marillier

À lire aussi :