Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - Revivez l'interview de Jean-Luc Mélenchon, invité de France Bleu ce jeudi 3 mai

jeudi 3 mai 2018 à 10:58 - Mis à jour le jeudi 3 mai 2018 à 13:02 Par La rédaction de France Bleu, France Bleu

En déplacement en Australie, Emmanuel Macron a fustigé "les élus qui tiennent constamment un discours d'agitation", en réaction aux violences qui ont éclaté pendant le défilé parisien du 1er-Mai. Jean-Luc Mélenchon était l'invité de France Bleu pour répliquer et répondre à vos questions.

Jean-Luc Mélenchon sur France Bleu, ce jeudi 3 mai 2018.
Jean-Luc Mélenchon sur France Bleu, ce jeudi 3 mai 2018. © Radio France -

Au cœur d'une semaine sociale chargée, entre un 1er-Mai marqué par des violences et une "Fête à Macron" organisée par La France Insoumise le 5 mai, Jean-Luc Mélenchon a répondu à vos questions sur France Bleu et sur Facebook ce jeudi. Il a par ailleurs estimé que les allusions d'Emmanuel Macron étaient "indignes".

> Si vous êtes sur iPhone ou iPad, cliquez ici pour voir la vidéo.

"La faute aux élus qui tiennent un discours d'agitation"

En déplacement en Australie et en Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron a fustigé jeudi "les élus qui tiennent constamment un discours d'agitation" en réaction aux violences et dégradations qui ont éclipsé la traditionnelle manifestation syndicale du 1er-Mai à Paris.

"Les élus qui tiennent constamment un discours d'agitation, c'est leur faute", a déclaré le chef de l'Etat à la presse, au moment de quitter l'Australie pour se rendre à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Prié de dire s'il faisait allusion à La France Insoumise qui organise la "Fête à Macron" de samedi pour dénoncer sa politique, il a répondu qu'il s'agissait de "ceux qui proposent des manifestations ou des fêtes"

"Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui veulent rejouer la partie démocratique. (...) Ils n'ont jamais accepté la défaite", a-t-il ajouté.