Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pour François Rebsamen, "la Cité de la gastronomie et du vin de Dijon n'avance pas assez vite"

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'était l'un des thèmes les plus importants du conseil municipal de rentrée à Dijon ce lundi : le projet de la Cité de la gastronomie et du vin. Pour le maire de Dijon François Rebsamen, si le projet avance lentement, c'est à cause d'un des conseillers municipaux de l'opposition.

Nathalie Koenders et François Rebsamen avant le conseil municipal de rentrée
Nathalie Koenders et François Rebsamen avant le conseil municipal de rentrée © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Il n'y a toujours pas de date officielle pour l'ouverture de la Cité de la gastronomie et du vin à Dijon, et pour cause : pour l'instant le dossier est entre les mains de la cour administrative d'appel de Lyon. 

Les investisseurs réclament des garanties

Si les travaux continuent d'avancer, que le parking est sorti de terre, que la voirie commence à être aménagée, les investisseurs privés, eux, ne veulent pas s'engager définitivement. "Le privé n'aime pas l'aléatoire, explique François Rebsamen, _et les investisseurs comme Eiffage, comme l'école de cuisine Ferrandi demande des garanties à 100%. Aujourd'hui n_ous ne sommes pas en mesure de leur donner ces garanties, à cause d'un énième recours déposé par un conseiller municipal, qui sera sûrement rejeté comme tous ceux qu'il a déposés auparavant." 

Ce recours, il a été déposé par Emmanuel Bichot, président du groupe Agir pour Dijon et il n'a pas encore été audiencé par la cour administrative d'appel de Lyon. 

En attendant, les investisseurs patientent, mais pour combien de temps ? "Quand on a réussi à obtenir des signatures comme celle de l'école Ferrandi, ou du groupe Hilton, ce serait quand même dommage de les voir partir", s'agace le maire de Dijon. "Alors oui, le projet avance, mais il n'avance pas assez vite." 

Le département refuse de participer financièrement

Autre point de blocage dans ce dossier, les trois millions d'euros que la Ville de Dijon réclame au Département de la Côte-d'Or. François Sauvadet a fait savoir dans un communiqué qu'il ne comptait pas les verser : "ce n'est pas une subvention que nous voulons verser mais acquérir un espace identifié "Côte-d'Or" afin de promouvoir les filières d'excellence et les producteurs locaux concourant au repas gastronomique."

Là encore François Rebsamen ne comprend pas : "il dit que le Département ne doit pas être absent de la Métropole, voilà pourtant une bonne façon d'exister." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu