Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pour la première fois, des députés évaluent l'action de l'Etat en Seine-Saint-Denis

jeudi 30 novembre 2017 à 19:19 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Une mission parlementaire rien que pour la Seine-Saint-Denis. Elle a été lancée ce jeudi. Les députés veulent savoir si la justice, l'éducation et la police fonctionnent en Seine-Saint-Denis, statistiques à l'appui.

François Cornut Gentille, Stéphane Peu et Rodrigue Kokouendo, à l'Assemblée nationale
François Cornut Gentille, Stéphane Peu et Rodrigue Kokouendo, à l'Assemblée nationale © Radio France - Rémi Brancato

Seine-Saint-Denis, France

"On veut regarder comment l'Etat travaille dans trois domaines : l'Education nationale, la Justice et la Sécurité en Seine-Saint-Denis" annonce François Cornut Gentille, député (LR) de Haute-Marne et l'un des deux rapporteur de cette mission parlementaire, avec Rodrigue Kokouendo (LREM). La mission parlementaire, qui compte sept députés, va travailler dans le périmètre d'un seul département : c'est une première.

François Cornut-Gentille, député LR et rapporteur de cette mission d'évaluation

Un flou sur les chiffres

Le premier écueil sera d'obtenir des statistiques fiables. Rien que pour connaitre le nombre d'habitants du département, la mission peine. L'INSEE annonce 1,6 millions de séquano-dyonisiens mais il y aurait "des écarts de 100 à 300 000 habitants selon les interlocuteurs" selon François Cornut Gentille.

Alors, il faudra aussi batailler pour connaitre la situation des administrations. "Est ce que l'Etat met vraiment les moyens, est ce qu'ils sont adaptés?" résume le co-rapporteur de la mission. "Il y a un flou sur les moyens car de nombreux gouvernement ont indiqué que la Seine-Saint-Denis était prioritaire mais lorsque vous regardez les choses vous observez que les moyens annoncés ne suivent pas" ajoute-t-il.

Pour Stéphane Peu, député PCF de Seine-Saint-Denis, et membre de la mission, certaines administrations ne jouent pas le jeu de la transparence, notamment l'Education Nationale. Il évoque la situation d'une école maternelle de sa circonscription : "il y a eu des coups de feu devant l'école et un sachet de poudre trouvé dans la cour, je suis donc allé voir les parents et les enseignants : la réaction de l'académie a été de dire qu'il ne fallait pas faire ça car en en parlant on aggravait l'image de la Seine-Saint-Denis" raconte-t-il. "Avec des réactions pareilles vous ne réglez jamais les problèmes, vous ne faites que mettre la poussière sous le tapis" dénonce Stéphane Peu.

Les députés vont tenter d'obtenir des statistiques fiables sur l'action de l'Etat en Seine-Saint-Denis

Des préconisations rendues d'ici l'été

Pour remuer la poussière, les députés ont débuté des auditions d'experts et de professionnels. Ils organiseront aussi des "tables rondes" sur les trois thématiques. Ils espèrent rendre des préconisations d'ici l'été 2018, qui devraient être ensuite observées par des "commissions de suivis". Pas question, pour Stéphane Peu, que le rapport serve "à caler une armoire".