Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour la tête de liste du Rassemblement national, "le but, c'est de remporter la Région Centre-Val de Loire"

Aleksandar Nikolic, désigné tête de liste du Rassemblement national la semaine dernière pour les prochaines élections régionales en Centre-Val de Loire, affirme que le parti de Marine Le Pen peut remporter le scrutin, qui devrait avoir lieu en juin 2021. Il était l'invité de France Bleu ce jeudi.

A 34 ans, Aleksandar Nikolic a beau être un inconnu de la politique, il en connaît bien les rouages, lui qui est délégué départemental du Rassemblement national en Eure-et-Loir et a travaillé pendant cinq ans au siège du parti de Marine Le Pen. Et il le dit, son objectif, en tant que tête de liste aux prochaines régionales en Centre-Val de Loire, est "évidemment de remporter la région".

Invité en direct de France Bleu Orléans ce jeudi matin, le conseiller municipal de Saint-Rémy-sur-Avre, près de Dreux, a décliné les principaux thèmes de sa campagne, tapant sur la gestion de la campagne de vaccination par le gouvernement ou se voulant défenseur des ruraux, des commerçants, artisans, agriculteurs.

30% des voix pour le RN en 2015

En 2015, la liste présentée par ce qu'on appelait encore le FN était arrivée en tête au premier tour des régionales en Centre Val-de-Loire, avec 30% des voix. Même score au second tour, mais le sursaut de la participation l'avait reléguée à la dernière place. Depuis, sous son nouveau nom de RN, le parti de Marine Le Pen a confirmé l'importance de son socle électoral dans la région, mais sans parvenir à progresser : 23% des voix au 1er tour de la présidentielle, 25% aux européennes il y a deux ans. 

Le RN pourrait profiter de la division de la gauche, et de la droite

L'an passé, les municipales ont encore démontré sa faible implantation locale : pas de candidat à Orléans, Chartres et Bourges, et seulement 7% des voix à Blois, son meilleur score dans une grande ville. Pour s'imposer en juin prochain, le RN devra surtout miser sur la division de ses adversaires. Mais ce n'est pas une hypothèse d'école alors que la gauche partira en ordre dispersé et qu'on voit mal comment la droite cette fois-ci pourra s'unir avec le centre, dont une grosse part a rejoint la majorité présidentielle.

Qui est candidat en Centre-Val de Loire ?

Rappelons que pour l'instant, seuls François Bonneau, le président sortant PS de la Région, et Charles-Fournier, actuel vice-président de la Région (Europe Ecologie Les Verts) ont confirmé leur candidature. La France insoumise a désigné un chef de file, Karin Fischer, mais poursuit les discussions. Le député LR du Loir-et-Cher Guillaume Peltier reste pressenti à droite, de même que le ministre centriste Marc Fesneau pour la majorité présidentielle, mais ni l'un ni l'autre n'ont officialisé leur candidature.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess