Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour le député LR Fabien di Filippo, "la logique du 'on ferme tout' a montré ses limites"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le député LR de Moselle Fabien di Filippo n'est pas un partisan du confinement, ni même du couvre-feu à 18h. Pour lui, il faut durcir le protocole sanitaire pour permettre aux entreprises de continuer à fonctionner.

Fabien di Filippo en juin 2020
Fabien di Filippo en juin 2020 © Maxppp - Christophe Morin

Paradoxalement, la décision du gouvernement convient assez bien au député LR Fabien di Filippo, invité de France Bleu Lorraine ce lundi matin. "Une décision de confinement aurait été malvenue, pour deux raisons. Les courbes restent relativement plates, et le couvre-feu a été contre-productif".

Pourtant, ce couvre-feu continue - la convergence avec les décisions gouvernementales s'arrête donc là pour l'élu mosellan : "Il y a trois choses qui peuvent principalement nous sauver : une montée en puissance de la stratégie de vaccination, le respect strict des gestes barrières, mais tout en laissant travailler les gens qui en ont dramatiquement besoin, et le renforcement des équipes hospitalières." 

Fabien di Filippo concède "qu'on ne peut pas former des infirmières en quinze jours, mais en neuf mois, on pouvait largement le faire". Il cite l'exemple de la Suisse "qui a confiné pendant une semaine et qui a seulement 1% de récession, avec une mortalité bien plus faible que la nôtre." Selon l'institut John Hopkins, la Suisse a en fait un taux de décès liés au Covid de 110.02 pour 100.000 habitants, contre 113.46 pour la France.

Ils commencent à faire de la vente à emporter ? Boum ! On leur claque un couvre-feu à 18h."

Le problème en France, selon le député LR, c'est l'absence de ligne claire : "on change d'un mois sur l'autre, on donne des consignes aux gens, on demande aux restaurateurs de faire des investissements importants, d'avoir des consignes strictes, ils le font, et d'un coup, on les ferme. Ils commencent à faire de la vente à emporter ? Boum ! On leur claque un couvre-feu à 18h. Plus personne ne peut s'en sortir."

Ce qu'il demande ? "Une stratégie de long terme acceptable et cohérente, où nos enfants de moins de six ans ont la possibilité de faire leurs activités sportives", et la réouverture des restaurants. "Aujourd'hui, on laisse les cantines ouvertes, les restaurants d'entreprises ouverts, qu'est-ce qui empêche de faire une dizaine, une quinzaine, une vingtaine de couverts pour les très grands établissements, de manière tout à fait distanciée, mais au moins, d'avoir une activité qui permette de survivre ? Personne ne peut s'en sortir à long terme uniquement avec des aides".

La solution, c'est d'avoir des protocoles sanitaires peut-être plus stricts, mais qui soient tenables dans la durée et qui permettent à chacun de s'adapter."

Fabien di Filippo s'oppose, y compris au sein de son propre parti, aux "logiques malthusiennes de type 'on ferme tout'. Elles ont montré leurs limites, notamment dans des zones frontalières comme la nôtre. D'ailleurs, à chaque fois qu'on a relâché la bride, le virus s'est remis à circuler de manière encore plus forte. La solution, c'est d'avoir des protocoles sanitaires peut-être plus stricts, mais qui soient tenables dans la durée et qui permettent à chacun de s'adapter."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess