Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pour le militant écologiste Gérard Charollois : "Nicolas Hulot a été méprisé par le chef de l'Etat"

mardi 28 août 2018 à 18:25 Par Olivia Chandioux, France Bleu Périgord

Mardi matin sur France Inter, Nicolas Hulot a annoncé en direct qu'il démissionnait de son ministère de la Transition écologique. "Une décision difficile" a-t-il déclaré. Le militant écologiste et fondateur du mouvement Convention vie et nature, Gérard Charollois, réagit.

Nicolas Hulot a annoncé sa démission en direct sur France Inter mardi matin.
Nicolas Hulot a annoncé sa démission en direct sur France Inter mardi matin. © Maxppp - Radio France

Périgueux, France

Nicolas Hulot a annoncé mardi matin qu'il démissionnait. Le ministre de la Transition écologique a donc annoncé en direct qu'il quittait le gouvernement d'Edouard Philippe en pleine interview dans la matinale de nos collègues de France Inter. Il espère que sa démission entraînera "un sursaut" sur les enjeux environnementaux au sein du gouvernement.

Nicolas Hulot a compris qu'il n'avait plus rien à faire au gouvernement". — Gérard Charollois

Gérard Charollois, le président et cofondateur du mouvement Convention Vie et Nature, et farouchement opposé à la chasse, n'est pas surpris de la décision de Nicolas Hulot : "c'est un homme honnête, de convictions, un véritable écologiste qui se trouvait embarqué dans un gouvernement qui manifestement sert beaucoup plus l'intérêt des lobbys que l'intérêt général. Nicolas Hulot a compris qu'il était victime d'un mépris du chef de l'état et qu'il avait été utilisé à des fins uniquement électorales."

De son côté, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a dit "regretter", la démission surprise de son collègue chargé de la Transition écologique, Nicolas Hulot, estimant que ce dernier apportait "son expérience et sa sensibilité" au gouvernement, et qu'il continuerait à servir "les idées qu'il défend d'une autre manière".