Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pour lutter contre la surpopulation carcérale, Macron veut créer une Agence des travaux d'intérêt général

mardi 31 octobre 2017 à 16:02 - Mis à jour le mardi 31 octobre 2017 à 16:30 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Emmanuel Macron a annoncé mardi à Strasbourg vouloir créer une "Agence" chargée de développer et "d'encadrer les travaux d'intérêt général". L'objectif : cultiver l'essor de solutions alternatives à l'emprisonnement.

Emmanuel Macron devant la Cour européenne des droits de l'Homme, à Strasbourg.
Emmanuel Macron devant la Cour européenne des droits de l'Homme, à Strasbourg. © Maxppp -

Le président de la République a annoncé vouloir "développer les travaux d'intérêt général, qui ne constituent que 7% des peines prononcées". Devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg, Emmanuel Macron évoquait les pistes pour lutter contre la surpopulation carcérale. Problématique qui a conduit la CEDH à condamner la France à plusieurs reprises.

"Nous avons besoin d'une organisation adaptée"

Le chef de l'État, qui s'exprimait notamment devant la garde des Sceaux Nicole Belloubet, a conditionné le développement de cette alternative "à la mobilisation coordonnée de tous les acteurs". Il a par conséquent fait part de son souhait de créer une "agence" chargée de développer et "d'encadrer" les travaux d'intérêt général. "Pour gérer ces peines, il faut des lieux d'accueil, un suivi, une prise en charge. Sans doute pour cela nous avons besoin d'une organisation adaptée", a-t-il estimé. "Nous pourrions confier une mission rapide à, par exemple, un parlementaire et un chef d'entreprise pour voir de quelle manière nous pourrions structurer cette agence et, dans deux ou trois mois, nous devrions avoir une réponse pertinente".

Un rapport sur le sens et l'efficacité de la peine, un des cinq chantiers prioritaires du ministère de la Justice, est attendu d'ici le 15 janvier à la chancellerie. La ministre de la Justice a plusieurs fois plaidé pour la lisibilité de la peine, ouvrant la réflexion à un usage plus large de peines comme le port du bracelet électronique.

  - Aucun(e)
-