Politique

Départ de Florian Philippot du FN : pour Renaud Muselier "le chef a cheffé et viré M. Philippot"

Par Tony Selliez, France Bleu Provence jeudi 21 septembre 2017 à 12:13

Renaud Muselier, President De la region PACA
Renaud Muselier, President De la region PACA © Radio France - Tony Selliez

Après le départ de Florian Philippot du Front national,le président de la région PACA Renaud Muselier a affirmé sur France Bleu Provence, en marge du déplacement d'Emmanuel Macron à Marseille, qu'il n'était "en aucun cas, bien au contraire" gêné par ce départ.

Renaud Muselier estime, après le départ de Florian Philippot du Front national, que "le chef a cheffé et viré M. Philippot". Florian Philippot avait été rétrogradé mercredi "vice-président" pour avoir refusé de quitter la présidence de son association "Les Patriotes".

"Le départ de Monsieur Philippot ne me gêne en aucun cas, bien entendu." (Renaud Muselier)

À propos des difficultés du Front national, Renaud Muselier indique : "ils n'ont jamais eu autant de voix à l'élection présidentielle et en même temps ils ont un candidat, Marine Le Penn qui a montré les limites de sa candidature". Pour le président LR de la région PACA, "ils ont un problème de ligne stratégique, puisqu'ils sont pour ou contre l'Europe, pour ou contre l'Euro (...) Le départ de Monsieur Philippot ne me gêne en aucun cas, bien entendu".

"Laurent Wauquiez sera le meilleur patron des Républicains." (Renaud Muselier)

Ce jeudi matin, Renaud Muselier a réagi sur Europe 1 à propos des Républicains : "Nous on est fatigués, on est meurtris, on est blessés mais on est là".

Membre fondateur de l'UMP et des Républicains, Renaud Muselier a par ailleur indiqué qu'il '"militerait" pour Laurent Wauquiez."Nous avons des candidats qui se sont positionnés, et en regardant de plus près qui veut faire quoi pour notre famille politique, je pense que M. Wauquiez sera le meilleur patron des Républicains, il en a l'étoffe, il en a la carrure, il en a la volonté, il a la capacité compte tenu de son autorité de faire vivre la droite française en ne la caporalisant pas, en n'étant otage d'aucun courant de pensée à l'intérieur de cette droite".