Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Prélèvement à la source, remaniement : rentrée agitée pour Emmanuel Macron

dimanche 2 septembre 2018 à 17:43 - Mis à jour le dimanche 2 septembre 2018 à 19:56 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Emmanuel Macron sera à Laval (Mayenne) ce lundi pour la rentrée scolaire. Rentrée agitée pour le chef de l'Etat qui doit trouver un successeur à Nicolas Hulot et trancher sur le prélèvement à la source.

 Emmanuel Macron en déplacement en Finlande, le 30 août 2018.
Emmanuel Macron en déplacement en Finlande, le 30 août 2018. © Maxppp - MAURI RATILAINEN

C’est dans un collège de Laval qu'Emmanuel Macron va assister à la rentrée des classes ce lundi 3 septembre. Une journée d'immersion avant de s'attaquer aux dossiers chauds qui l'attendent.

Le nom du nouveau ministre de la Transition écologique, poste vacant depuis la démission surprise de Nicolas Hulot, doit être annoncé mardi. C’est également mardi que le président de la République doit s'entretenir avec le Premier ministre Edouard Philippe et Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, au sujet du prélèvement à la source.

Qui pour remplacer Nicolas Hulot ?

Depuis le départ de Nicolas Hulot, plusieurs noms circulent pour lui succéder à la tête du ministère de la Transition écologique. La députée de la majorité, Barbara Pompili, le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, ou encore Pascal Canfin, président du WWF France ont notamment été évoqués. 

Donné favori, Daniel Cohn-Bendit, 73 ans, figure de l'écologie politique et de mai 68 a annoncé dimanche soir sur LCI qu'il ne remplacerait pas Nicolas Hulot. Une décision prise  "d'un commun accord" avec le chef de l'Etat a-t-il précisé.

Sans mandat depuis 2014, Daniel Cohn-Bendit a soutenu la candidature d'Emmanuel Macron, avec lequel il s'entretient régulièrement, notamment sur l'Europe.

Confusion et incertitudes sur le prélèvement à la source

Le président de la République est aussi attendu sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. La réforme, censée entrer en vigueur le 1er janvier 2019, est l'objet de déclarations contradictoires ces derniers jours.

Alors qu'il avait évoqué samedi un possible "arrêt" de la réforme sur France Inter, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s'est ravisé quelques heures plus tard. 

"Le dispositif technique fonctionne, il est prêt !", a-t-il affirmé sur Twitter après la publication d'une note du fisc compromettante par Le Parisien. Selon ce document, des centaines de milliers d'erreurs, dont des doubles prélèvements, ont été recensés durant la phase d'essai.

Si "toutes les garanties techniques" sont réunies, nul besoin de repousser la mise en oeuvre de la réforme en janvier 2019, a pour sa part estimé le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, sur BFMTV.

Interrogée sur France Inter, Anne Guyot-Welke, porte-parole du syndicat Solidaires-Finances publiques, a assuré que les problèmes relatés dans la note publiée par Le Parisien n'avaient jamais été évoqués en interne.

L'opposition a dénoncé une situation confuse évoquant "un sentiment d'impréparation très préoccupant", selon François Baroin, le président LR de l'Association des maires de France.