Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Près de 200 personnes observent une minute de silence en hommage à Jacques Chirac à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A 15 heures précises ce lundi, près de 200 personnes se sont rassemblées à Nancy, place Stanislas, pour observer une minute de silence en mémoire de Jacques Chirac, décédé jeudi 26 septembre.

Près de 200 personnes - préfet, élus et anonymes - sont venues se recueillir sur la place Stanislas
Près de 200 personnes - préfet, élus et anonymes - sont venues se recueillir sur la place Stanislas © Radio France - Isabelle Baudriller

Nancy, France

Jacques Chirac était venu lui-même inaugurer la place Stanislas de Nancy en 2005. C'est donc tout naturellement là, que près de 200 personnes se sont rassemblées ce lundi après-midi pour respecter une minute de silence en hommage à l'ancien président de la République, décédé jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans.

Un temps de recueillement suivi d'applaudissements auquel Francine a participé. "Je suis contente de venir rendre hommage à Monsieur Chirac qui aimait la France et les Français", confie-t-elle, "Je préférais être au milieu des gens plutôt que toute seule sur mon canapé devant la télé !" Chantal, engagée à droite, ne pouvait pas manquer le rendez-vous : "Quand on est militante depuis plus de 30 ans, que voulez vous, c'était ma place ici aujourd'hui".

Présents également des élus d'aujourd'hui et des élus d'hier, comme l'ancien maire d'Essey-lès-Nancy, Jean-Paul Monin. Il a accueilli Jacques Chirac à l'aéroport de sa commune et se souvient du premier geste présidentiel. "Il a quitté le préfet et est allé dire bonjour à tout le service de sécurité qui était là. Et après, il est revenu nous voir. C'est tout le personnage." 

Moi j'étais plutôt maire de gauche, j'ai beaucoup de respect pour lui" - Jean-Paul Monin, ancien maire d'Essey-lès-Nancy

Ahmed a couru pour assister à la minute de silence. Ce franco-marocain s'est fait prendre en photo près du portrait de Jacques Chirac posé sur un chevalet devant l'entrée de l'Hôtel de Ville : "C'est sous sa présidence que j'ai été naturalisé français. Franchement, je suis très ému"

Mina Walter, elle, est venue avec sa classe de CE2 de l'école Braconnot de Nancy. "Les élèves ne l'ont pas connu", sourit-elle, "mais on va faire une leçon sur les présidents de la République. C'est en lien avec l'éducation civique et morale du programme". Et à quoi sert une minute de silence ? Réponse d'une de ses élèves : "C'est pour rendre hommage à Jacques Chirac. Parce que même si on est mort, on a toujours une place dans le cœur des gens"

Choix de la station

France Bleu