Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle - 1er tour : "C’est incroyable ce qui est en train de se passer"

-
Par , France Bleu Limousin
Limousin, France

Les militants du mouvement En Marche, en Haute-Vienne et en Corrèze, savourent leur qualification au 2nd tour de l'élection présidentielle. Emmanuel Macron arrive en tête dans nos départements devant Jean-Luc Mélenchon alors que le parti Les Républicains et le Parti Socialiste essuient une déroute.

Les supporters d'Emmanuel Macron ravis et confiants après l'arrivée en tête du 1er tour du candidat d'En Marche
Les supporters d'Emmanuel Macron ravis et confiants après l'arrivée en tête du 1er tour du candidat d'En Marche © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

En Marche aux anges

"C’est évidemment une grande joie", commente le référent, en Haute-Vienne, du mouvement En Marche. Son champion, Emmanuel Macron, s'est qualifié ce dimanche soir pour le second tour de l'élection présidentielle face à Marine Le Pen. "On y croit, on en a envie, on l’espère" poursuit Stéphane Bobin alors que la Haute-Vienne a porté Emmanuel Macron en tête du 1er tour, tout comme la Corrèze qui adoube l'ancien ministre de François Hollande, notamment dans son fief de Tulle. "C’est de l’espoir, c’est incroyable ce qui est en train de se passer" savoure Marie-Anne Robert Kerbrat, conseillère municipale d’opposition à Limoges et soutien d’Emmanuel Macron, "je pense qu’on est un des premiers pays d’Europe à faire émerger réellement la société civile" se félicite-t-elle. "C'est le choix du bon sens, et à présent, l'enjeu est de le faire élire et bien élire", estime Patricia Bordas, référente En Marche en Corrèze. L'ex-sénatrice PS pense que Jean-Luc Mélenchon fera comme les autres candidats et "n'aura pas trop de mal à appeler à voter pour Emmanuel Macron".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le Front National au rendez-vous du second tour

Le patron du FN en Haute Vienne emploie les mêmes mots : "une grande joie, l’aboutissement d’un combat de plusieurs mois" dit Vincent Gérard, "je suis ravi pour tous les militants Haut-Viennois. C’est l’accomplissement d’un souhait : voir Marine Le Pen au second tour" même si on n'a pas sauté au plafond après l'annonce des résultats. Alors que les sondages donnaient, au niveau national, Marine Le Pen au coude à coude avec Emmanuel Macron, la candidate frontiste n'arrive qu'en troisième position en Haute-Vienne et en quatrième position en Corrèze.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mélenchon s'ancre en Haute-Vienne et en Corrèze

Bien qu'éliminé de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon signe des scores importants dans nos deux départements où il se hisse en deuxième position au 1er tour. 22,33% des suffrages en Haute-Vienne et 20,85% en Corrèze. "C’est historique ! Notre famille politique n’a pas fait ça depuis des lustres", se réjouit la porte-parole de la France Insoumise en Haute Vienne. "C’est une vraie force politique qu’on a créé. Si on nous avait dit, il y a six mois, qu’on ferait 19 ou 20%, tout le monde se serait foutu de nous. Ca nous booste pour les législatives et on espère bien qu’on va tous monter à l’Assemblée !" conclut Danièle Soury.

La droite et la gauche traditionnelles au fond du seau

C'est dans les, désormais, ex grands partis républicains que le coup est le plus rude à encaisser. Même combat pour Les Républicains et le Parti Socialiste, punis par les électeurs au niveau national et local. "Le prochain président de la République qui devrait être Emmanuel Macron va être l’otage des socialistes et des calculs d’appareils avec François Bayrou" prédit le président du comité de soutien à François Fillon en Corrèze. "C’est la raison pour laquelle nous avons le devoir de proposer une offre politique" affirme Jean-Pierre Audy, qui envisage une recomposition du paysage politique, alors que l'heure était à la soupe à la grimace ce dimanche soir, dans un QG déserté un quart d'heure après l'annonce des résultats.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au Parti Socialiste, devenu un champ de ruines en cinq ans, l'heure est encore plus grave. "On assiste à l’effondrement des partis classiques et à la naissance d’un mouvement fort autour de Jean-Luc Mélenchon qui répond sincèrement à des aspirations fortes qu’il faut écouter" pose Bernard Combes, maire PS de Tulle, où Emmanuel Macron arrive en tête et remporte 30,80% des suffrages alors que Benoît Hamon ne récolte que 9,07% et pointe en cinquième position. "Et puis il y un vote Macron, qui rassemble à la fois ceux qui ne pouvaient pas voter Fillon compte tenu de ce qui s‘est passé, et puis une partie de l’héritage hollandais. On a là quand même une sorte de « Hollandais ultime ». Reste à savoir comment on fait avec l’autre partie de cette gauche qui a une demande réelle." En Haute-Vienne, Laurent Lafaye, un des responsables du PS, reconnaît que l'attrait de la nouveauté a pu jouer en faveur d'Emmanuel Macron : "il a incarné un certain renouveau, auquel je ne suis pas insensible", mais il estime que c'est beaucoup le vote utile qui a joué. "J'ai passé une bonne partie de la journée dans un bureau de vote, je suis au contact des électeurs, et je crois qu'ils étaient tétanisés par la perspective d'un second tour Fillon-Le Pen", raconte-t-il, "mais l'électorat PS continue à exister".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess