Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Présidentielle 2017 : Antoine Léaument, de Châteauroux à l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon

mardi 7 février 2017 à 7:50 Par Armêl Balogog, France Bleu Berry

A 27 ans, il est le chargé de communication numérique de Jean-Luc Mélenchon pour sa campagne présidentielle de 2017. Depuis trois ans, Antoine Léaument gère ses comptes Twitter, Facebook et Youtube.

Antoine Léaument parodiant Florian Philippot dans une vidéo publiée sur Youtube
Antoine Léaument parodiant Florian Philippot dans une vidéo publiée sur Youtube

Châteauroux, France

Avec plus de 200.000 abonnés sur Youtube, Jean-Luc Mélenchon est l’homme politique français le plus suivi sur le site de vidéo en ligne. Chacune de ses nouvelles publications est visionnées des centaines de milliers de fois. La dernière en date, une vidéo du candidat de la France insoumise qui appelle le socialiste Benoît Hamon à choisir - de le rejoindre ou non - comptabilisant plus de 460.000 vues, cinq jours après sa parution, le mercredi 1er février. A l’origine de ce succès, le jeune Castelroussin, Antoine Léaument.

Embauché par Jean-Luc Mélenchon après un stage de fin d’études

Avant d’arriver dans les sphères parisiennes, Antoine Léaument a fait toute sa scolarité à Châteauroux, en passant notamment par le lycée privé Sainte-Solange, puis en faisant une première année de licence d’histoire à l’université de Châteauroux. Il part ensuite à Poitiers, faire une licence de Lettres renforcées en sciences politiques et continue ses études à la Sorbonne à Paris, en faisant un master en sociologie politique puis en affaires publiques.

A la fin de son master, Antoine doit faire un stage de six mois. Il décide de le diviser en deux, trois mois au conseil régional d’Île-de-France et trois mois au cabinet de Jean-Luc Mélenchon.

A l’issue de ces trois mois de stage, on m’a proposé de continuer à travailler avec lui et j’ai accepté avec grand plaisir parce que je suivais déjà depuis plusieurs années ce qu’il faisait et j’avais vraiment envie de participer à l’action politique qu’il mène. – Antoine Léaument, chargé de communication pour Jean-Luc Mélenchon

Dans le parti depuis 2010, il a fondé le Front de gauche de la Sorbonne

"Pour ne rien vous cacher, étant plus jeune, j’étais bayrouiste", avoue le communicant en souriant. C’est en 2010 qu’il "entre en contact avec la pensée de Jean-Luc Mélenchon", alors qu’il participe aux manifestations estudiantines contre la réforme des retraites à Poitiers. Il rejoint aussitôt le Parti de gauche, puis suit l’homme politique dans ses pérégrinations. Arrivé à Paris, il fonde le Front de gauche de la Sorbonne, entre 2011 et 2012, avant de rejoindre la France insoumise à sa création.

Je crois que toute ma famille maintenant est à la France insoumise. - Antoine Léaument, chargé de communication pour Jean-Luc Mélenchon

"Etant plus jeune", ses opinions politiques étaient au milieu de celles de ses parents, entre son père qui a "toujours été de gauche" et sa mère "plutôt de droite". Mais de discussions en discussions, cette famille politisée s’est entièrement ralliée aux idées de Jean-Luc Mélenchon, convaincues par sa volonté d’instaurer une VIème République, de partager les richesses plus équitablement et d’engagement écologique. Aujourd’hui, son père, Philippe Léaument, s’occupe même de l’antenne castelroussine de la France insoumise.

Sa ligne, mettre en avant le programme de son candidat et utiliser les codes des réseaux sociaux

Quand on lui parle du succès de Jean-Luc Mélenchon sur les réseaux sociaux - plus de 954.000 abonnés sur Twitter, de 630.000 sur Facebook et de 200.000 sur Youtube – Antoine Léaument reste modeste. "Ça marche parce que ce que raconte Jean-Luc Mélenchon est quelque chose qui entre en résonnance avec la population." Mais connaître les codes des réseaux sociaux aide quand même largement.

On sait que mettre en avant des vidéos, c’est quelque chose qui va plus parler aux gens, qui va être plus partagé sur les réseaux sociaux. - Antoine Léaument, chargé de communication pour Jean-Luc Mélenchon

Mais selon lui, ces codes, c’est Jean-Luc Mélenchon qui se les est appropriés : parler face à la caméra, s’adresser directement aux internautes, demander aux gens de s’abonner, etc. Sur Twitter et Facebook, les comptes du candidat réagissent à tous les sujets se rapprochant de ses idées, utilisant les hashtags (mots-clé) les plus référencés - dernièrement, #JLMhologramme sur Twitter, parlant de lui-même, et #justicepourtheo, au sujet d’un jeune homme sévèrement blessé par des policiers.

Un maniement des codes qui fait du candidat de la France insoumise l’homme politique le plus suivi sur Youtube, et le plus innovant : son double-meeting à Lyon et à Paris par hologramme, le 5 février, a rassemblé 18.000 personnes et a été regardé en direct sur Facebook et Youtube par plus de 60.000 personnes. Depuis, plus d’un million d’internautes l’ont regardé en différé.

Ces codes, Antoine Léaument les manie pourtant très bien lui-même, avec sa chaîne Youtube, créée en novembre 2016 et nommée "Le Bon sens", en référence à son blog débuté en 2012. Comme dans ses articles critiques des médias et des hommes politiques, et comme on le fait sur internet, il y pratique la dérision. Pour exemple, cette vidéo, vues plus de 75.000 fois, dans laquelle il parodie la première vidéo de Florian Philippot, tournée depuis la cafeteria du QG de campagne de Marine Le Pen, la candidate du Front national. Il a aussi connu un grand succès avec une courte vidéo sur les frais bancaires, publiée directement sur sa page Facebook en décembre, et qui a été vue plus de 121.000 fois.

Travailler pour Jean-Luc Mélenchon, "une carte de visite"

Pendant des années, le communicant était connu sous le pseudonyme "Antoine Nicolas".

J’ai hésité à révéler mon identité parce que, quand vous écrivez sur un CV que vous avez travaillé pour Jean-Luc Mélenchon, ça peut être un frein à l’emploi. - Antoine Léaument, chargé de communication pour Jean-Luc Mélenchon

Mais il a finalement cédé, les demandes d’interviews pour expliquer le succès de Jean-Luc Mélenchon sur les réseaux sociaux étant trop nombreuses. Depuis, il a été interviewé par BFM TV, les Inrocks, et notamment Business Insider, qui lui consacre un long portrait.

Finalement, c’est devenu presqu’une carte de visite d’avoir fait ça. Je ne regrette pas mon choix d’avoir assumé publiquement. Et puis c’est aussi une force d’insoumission que de penser que ce n’est pas grave de le dire, et même qu’il faut l’assumer et l’assumer pleinement. - Antoine Léaument, chargé de communication pour Jean-Luc Mélenchon