Politique

Présidentielle 2017 : Arnaud Montebourg officialise sa candidature

Par Germain Arrigoni, France Bleu dimanche 21 août 2016 à 16:40

Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg © AFP - PATRICK KOVARIK

Arnaud Montebourg a annoncé dimanche sa candidature à la présidentielle de 2017. L'ancien ministre socialiste de l'Economie s'est déclaré dans son fief électoral de Saône-et-Loire.

"Je suis candidat à la présidence de la République française", a déclaré Arnaud Montebourg dans son discours lors de la traditionnelle "fête de la rose", rebaptisée pour l'occasion "fête populaire" dans son fief à Frangy-en-Bresse en Saône-et-Loire.

25 propositions

L'ancien ministre de l'Economie a présenté "un projet socialiste", "mais pas seulement", "un projet de gauche, une gauche ancrée dans la réalité" pour "construire avec les Français une nouvelle France."

Un projet contenant 25 propositions regroupées en quatre chapitres : le redécollage de l'économie, le sauvetage de l'Europe, la lutte contre le terrorisme et la refondation du système démocratique. Reste la question de sa participation à la primaire à gauche. Une question "qui n'est pas tranchée", selon son entourage.

Ancien allié de François Hollande

La figure de l'aile gauche du Parti Socialiste a assuré qu'il lui était "impossible de soutenir" François Hollande dans la perspective de la présidentielle de 2017, soulignant que "le bilan de ce quinquennat n'est pas défendable".

"Si je suis candidat au rassemblement d'une majorité de Français, c'est d'abord parce qu'il m'est impossible, comme à des millions de Français, de soutenir l'actuel président de la République", a-t-il affirmé dans son discours de candidature. Il a aussi invité François Hollande à "bien réfléchir à sa décision" de se représenter ou non, "en prenant en compte l'intérêt supérieur du pays".

Il m'est impossible de soutenir François Hollande"
— Arnaud Montebourg

Ancien allié de François Hollande, Arnaud Montebourg est devenu depuis deux ans l'un de ses principaux détracteurs. A ses yeux, le bilan du quinquennat finissant rend impossible une nouvelle candidature du président, qui dévoilera ses intentions en décembre.

"Le bilan de ce quinquennat n'est pas défendable", a dit Arnaud Montebourg, décrivant un "sentiment d'un gâchis, une grande occasion manquée, un oubli général de ceux qui nous ont mandatés."

Nommé ministre du Redressement productif après l'entrée de François Hollande à l'Elysée en mai 2012, Arnaud Montebourg a été écarté deux ans plus tard du gouvernement de Manuel Valls pour avoir multiplié les critiques.

  - Aucun(e)
-

Partager sur :