Politique DOSSIER : Le « vivre-ensemble » : un enjeu électoral 2017

Présidentielle : au Havre, les jeunes veulent que les candidats soient plus connectés

Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) dimanche 19 mars 2017 à 15:19

Les jeunes havrais seront nombreux à regarder le débat télévisé mais ils aimeraient aussi que les candidats soient plus connectés.
Les jeunes havrais seront nombreux à regarder le débat télévisé mais ils aimeraient aussi que les candidats soient plus connectés. © Maxppp - Alexandre Marchi

Au Havre ce samedi 18 mars, environ 500 jeunes sont venus récupérer leur toute première carte d'électeur au cours d'une cérémonie organisée par la Ville. Tous ou presque comptent regarder le premier débat télévisé entre les candidats mais espèrent aussi des politiques plus présents sur le net.

Ils étaient potentiellement 1816. Ce samedi 18 mars, au Havre, 1816 jeunes nés entre le 1er mars 2016 et le 28 février 2017 pouvaient récupérer leur toute première carte d'électeur au cours d'une cérémonie organisée par la Ville. Ils étaient finalement 500 à se presser dans les salons de l'hôtel de Ville pour récupérer le précieux sésame. Une grande majorité d'entre eux compte regarder le premier débat télévisé organisé avant le premier tour du de l'élection présidentielle, ce lundi 20 mars sur TF1. Mais ils sont aussi nombreux à réclamer une communication plus connectée de la part des candidats.

Les réseaux sociaux, une formule "plus accessible et plus adaptée"

Dans les salons de l'hôtel de Ville, la majorité des jeunes présents l'assurent : ils vont regarder le premier débat de l'élection présidentielle ce lundi. Mais chacun à sa bonne raison de la faire : "Pour m'informer, connaître un peu plus la vie politique sans l'avis de ma famille", détaille Océane alors qu'Alexandre veut "savoir quelles sont leurs idées et voir comment ils vont se contredire" et Louis estime qu'en tant qu'élève en Terminale ES, "c'est important pour la culture générale". Le débat télévisé a donc de beaux jours devant lui et une grande partie des primo-votants devraient donc passer la soirée devant leur télévision.

Mais à l'heure du web 2.0 et des réseaux sociaux, les jeunes aimeraient aussi que les politiques utilisent plus le net pour transmettre leurs propositions. Une formule "plus accessible et plus adaptée" selon Louis. "Je regarde plus la politique sur les réseaux sociaux ! Ca change un peu des candidats qui font les mêmes campagnes chaque année, je trouve ça mieux pour les jeunes", témoigne Anna. Elle s'amuse : "On va plus aller vers un candidat qui fait comme les jeunes que vers un candidat qui agit comme quelqu'un qui a l'âge de mes parents !" De son côté, Océane reconnaît l'attrait du web mais elle estime que la télévision reste un vecteur attractif pour les jeunes : "On regarde beaucoup la télévision alors qu'on ne lit presque pas les journaux. C'est donc une bonne solution pour se familiariser avec les programmes des candidats."

Il n'y a pas une façon de s'exprimer à un corps électoral

Certains candidats ont déjà saisi l'importance des réseaux sociaux dans la campagne, comme Jean-Luc Mélenchon qui a présenté son programme sur Youtube et anime régulièrement une chaîne sur cette plateforme. Mais pour Edouard Philippe, le maire du Havre, il faut multiplier les formes de communication : " Il n'y a pas une façon de s'exprimer à un corps électoral. Il y a des gens sensibles aux discours dans les meetings, des gens qui écoutent les émissions de radio ou regardent la télévision et d'autres qui ne s'y intéressent pas... Il y a 1000 façons d'avoir une idée de ce qu'il faut faire et de comment voter."

1 000 façons de savoir mais un seul bulletin au final dans l'isoloir... Alors pour convaincre les jeunes, le message est clair comme le résume Léa : "Moi, il faut venir me chercher !".

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.