Politique

VIDÉOS - Présidentielle : ce qu'il faut retenir du débat très tendu entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Par Géraldine Houdayer, France Bleu jeudi 4 mai 2017 à 1:14 Mis à jour le jeudi 4 mai 2017 à 9:37

Le débat de l'entre-deux tours a été très virulent mercredi, tournant parfois à la série d'invectives brutales.
Le débat de l'entre-deux tours a été très virulent mercredi, tournant parfois à la série d'invectives brutales. © AFP - STRINGER

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont livrés un duel très virulent lors du débat de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle. Attaques frontales, passes d'armes, ou encore accusations de mensonges, de bêtise et de soumissions... Voici ce qu'il faut retenir de ce débat très tendu.

Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche! et Marine Le Pen, la candidate du Front national, se sont livrés un duel très tendu, mercredi soir, devant 15,1 millions de téléspectateurs selon les chiffres de Médiamétrie, à quatre jours du deuxième tour de la Présidentielle.

Une entrée en matière à couteaux tirés

Le débat a commencé de manière très tendue. Dès l'instant où elle a pris la parole, Marine Le Pen a attaqué frontalement son adversaire :"Monsieur Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l'ubérisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique notamment de nos grands groupes, du dépeçage de la France, du communautarisme, et tout cela piloté par Monsieur Hollande", a dénoncé la candidate du FN. "Vous êtes l'enfant chéri du système et des élites", a lancé Marine Le Pen.

Emmanuel Macron a répondu de manière tout aussi cinglante : "Vous allez continuer votre logorrhée, je m'attendais à ça", a répliqué le candidat d'En Marche! . "Vous êtes l'héritière d'un système qui prospère sur la colère des Français depuis des décennies. Vous portez l'esprit de défaite sur l'économie, l'Europe, les frontières, le terrorisme" . Il a affirmé vouloir en retour "porter l'esprit de conquête français".

Sur l'emploi, attaques personnelles et retour chez Whirlpool

Marine Le Pen a attaqué Emmanuel Macron sur sa politique "catastrophique" et les résultats du chômage lorsqu'il était ministre. "Vos amis ce sont les grands groupes, ceux avec qui vous buvez des coups à La Rotonde", lui a-t-elle lancé.Les candidats sont revenus sur leur visite, le 26 avril dernier, aux salariés de Whirlpool. "Whirlpool, ça n'est pas une anecdote," a lancé Marine Le Pen. Emmanuel Macron l'a accusée d'avoir "profité de la détresse des gens" lors de sa venue sur le site.

Les questions fiscales virent au débat sur la GPA

Sur la question de la politique fiscale, les échanges sont restés brutaux. "Moi je suis la candidate du pouvoir d'achat, vous vous êtes le candidat du pouvoir d'acheter, d'acheter la France, de la dépecer", a lancé Marine Le Pen. "Dans votre société tout est à acheter et à vendre, comme les ventres des femmes". Le débat a dévié sur la GPA, la gestation pour autrui, Marine Le Pen accusant son adversaire de vouloir créer des filières à l'étranger sur la GPA. Emmanuel Macron a réaffirmé qu'il était contre.

Sur les mesures fiscales, les deux candidats se sont livrés à une bataille de chiffres sur le coût de l'Union européenne, avant d'échanger les répliques cinglantes.

Macron attaque Le Pen sur la retraite à 60 ans

Emmanuel Macron a attaqué Marine Le Pen sur son revirement quant à l'application de la retraite à 60 ans, que la candidate du FN ne prévoit plus d'appliquer immédiatement si elle est élue. "Mme Le Pen propose de partir à 60 ans. Elle proposait naguère qu'on puisse le faire dès son élection, maintenant elle a reporté la chose", a pointé le candidat d'En Marche!. Marine Le Pen, elle, a accusé son adversaire d'avoir le même programme que François Fillon, "le programme du Medef". Elle en a profité pour lui demander : "C'est Laurence Parisot votre future Premier ministre? " Emmanuel Macron lui a répondu, avec le sourire : "Non. Je vais vous faire une annonce, non, ce ne sera pas elle."

"Fondamentalisme islamiste" contre "poudre de perlimpinpin"

Marine Le Pen a accusé Emmanuel Macron d'être "soumis au fondamentalisme islamiste". "Vous avez une complaisance pour le fondamentalisme islamiste, les fondamentalistes islamistes vous tiennent", lui a-t-elle lancé. Emmanuel Macron, lui, a estimé que ce que la candidate propose en matière de terrorisme, "C'est de la poudre de perlimpinpin".

Retour des polémiques sur la guerre d'Algérie et la rafle du Vel d'Hiv

Marine Le Pen a attaqué Emmanuel Macron sur la guerre d'Algérie et ses déclarations sur la colonisation qualifiée de crime contre l'humanité. Il lui a répondu en lui rappelant ses récentes déclarations sur La France qui ne serait, selon la candidate FN, pas responsable de la Rafle du Vel d'Hiv'.

Marine Le Pen a répondu qu'elle considère qu'à l'époque, la France était à Londres.

L'euro, ou le "grand n'importe quoi" face à la "monnaie des banquiers"

Emmanuel Macron a dénoncé le "grand n'importe quoi" de Marine Le Pen sur l'euro. La candidate a en effet eu du mal à expliquer son calendrier de la sortie de l'euro et la cohabitation de la monnaie européenne avec une monnaie nationale. "Une entreprise ne pourra pas payer d'un côté en euros et ses salariés en francs, c'est du grand n'importe quoi", a répondu Emmanuel Macron. Marine Le Pen a rétorqué : "La France sera gouvernée par une femme. Ce sera soit moi, soit Madame Merkel. L'euro, c'est la monnaie des banquiers, ça n'est pas la monnaie du peuple.

Sur les affaires, Marine Le Pen accusée d'"être indigne"

Alors qu'ils devaient parler des institutions et de la vie parlementaire, les deux candidats en sont venus aux affaires. Emmanuel Macron a lancé : "Le parti des affaires, ce n'est pas le mien". Marine Le Pen a rétorqué : "Vous croyez que vous avez inventé l'eau chaude ! Personne n'a compris vos déclarations de patrimoine. "Les vôtres ont été renvoyées aux juges"**,** a répondu son adversaire.

"Vous n'êtes pas digne d'être garante des institutions car vous les menacez. Vous êtes indigne", a poursuivi Emmanuel Macron.

Vous êtes le parasite du système que vous dénoncez" - Emmanuel Macron à Marine Le Pen

A l'approche de la conclusion de l'émission, Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen : "Vous n'arrêtez pas de mentir. Vous ne vous souciez pas de l'intérêt des Français. Vous êtes la coproduction du système que vous dénoncez car vous en vivez, vous en êtes le parasite."

Des présentateurs plutôt effacés, une ambiance électrique

Le débat a en fait tourné à un ping-pong violent, une série d'invectives sous très haute tension. "Vous ne connaissez pas vos dossiers!", a notamment lancé Emmanuel Macron, qui regardait constamment sa rivale quand celle-ci se plongeait régulièrement dans ses nombreux dossiers colorés. Les deux présentateurs, Nathalie Saint-Cricq (France 2) et Christophe Jakubyszyn (TF1), étaient plutôt effacés. Cette vidéo témoigne du ton très ironique, mais aussi de l'ambiance à couteaux tirés qui régnait sur le plateau.

  - Visactu
© Visactu