Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Présidentielle 2017 : ces maires qui parrainent les "petits" candidats

jeudi 9 février 2017 à 10:42 Par Aurélie Jacquand, Sophie Constanzer et Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Face aux affaires qui éclaboussent certains candidats à la présidentielle et notamment les multiples accusations envers François Fillon, des maires de la Marne et des Ardennes se tournent vers les "petits" candidats pour offrir leurs parrainages.

De nombreux maires se tournent vers les "petits" candidats à la présidentielle
De nombreux maires se tournent vers les "petits" candidats à la présidentielle © Maxppp - Maxppp

"Je soussigné... déclare présenter comme candidat...", voilà comment commence le courrier que peuvent envoyer les maires qui souhaitent parrainer un candidat à l'élection présidentielle. Car la règle est la même pour tous: pour pouvoir se présenter, il faut recueillir 500 parrainages d'élus. Or, si ça ne pose aucun problème à Emmanuel Macron, François Fillon ou Benoît Hamon, l'exercice est plus compliqué pour Rama Yade, Alexandre Jardin ou encore Jean Lassalle. Mais visiblement, ceux que l'on appelle les "petits" candidats peuvent profiter du soutien des élus déçus par la politique.

Si les maires ne parrainent pas un candidat autre qu'un politique, ça va être que les gros partis -- Thierry Barba, maire de Ville-en-Tardenois

Les accusations d’emplois fictifs qui pèsent sur les proches de François Fillon font clairement réfléchir les maires ruraux. "Je suis assez perplexe devant la situation... je peux pas m'engager devant un dilemne pareil", avoue un maire ardennais qui préfère rester anonyme et qui réfléchit encore à apporter son soutien au candidat Les Républicains à la présidentielle. D'autres ont clairement fait le choix d'un "petit" candidat.

Thierry Barba, le maire de Ville-en-Tardenois (Marne) et président de l'association des maires ruraux de la Marne, a décidé de parrainer la candidature de l'écrivain Alexandre Jardin."Si les maires aujourd'hui ne parrainent pas un candidat autre qu'un politique, ça va être que les gros partis, les gens n'auront pas le choix... ça va être pour Marine Le Pen, ça va être un vote de contestation", explique Thierry Barba. De son côté, Philippe Maussire, maire d'Avenay-Val-d'Or (Marne), parrainera l'ancienne secrétaire d'Etat Rama Yade : "Rama Yade se présente sous aucune étiquette, et puis ça permet de faire entendre sa voix au niveau national... on entend que les grands ténors!".

Beaucoup ont peur parce que les grands partis politiques les ont rendu dépendants à travers les subventions -- André Godin, maire de Glaire

Faire le choix d'un "petit" candidat n'est pour autant pas chose aisée à assumer. André Godin, le maire de Glaire et président de l’association des maires ruraux des Ardennes a promis son parrainage à Jean Lassalle, mais il avoue : "Certains maires font comme moi, mais beaucoup ont peur parce que les grands partis politiques les ont rendu dépendants à travers les subventions". Les élus subiraient parfois des pressions pour apporter leur parrainage à tel ou tel candidat, c'est également ce que dit le maire de Boult-sur-Suippe, Laurent Combe : "Effectivement on nous dit parfois, si vous parrainez telle ou telle personne attention vos subventions vont sauter! C'est un monde de grands méchants loups qui me déçoit".

Les élus recevront les formulaires de parrainage à partir du 23 février et ils auront jusqu'au 17 mars pour éventuellement parrainer un candidat à la présidentielle. Nouveauté cette année, le conseil constitutionnel publiera le 28 février les noms des élus qui ont parrainé chacun des candidats.