Politique DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Présidentielle : dans la France de Jacques Cheminade, pas d'A45, surtout pas avec Vinci

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 20 avril 2017 à 11:26

Jacques Cheminade à Montpellier durant cette campagne.
Jacques Cheminade à Montpellier durant cette campagne. © Maxppp - Jean-Michel Mart

Laurent Gonnet est retraité dans le Puy-de-dôme et un des responsables de Solidarité & Progrès, le parti de Jacques Cheminade en Auvergne-Rhône-Alpes. C'est le huitième représentant à s'exprimer cette semaine sur France Bleu Saint-Étienne Loire avant le premier tour dimanche.

France Bleu Saint-Étienne Loire donne la parole aux représentants de tous les candidats à la présidentielle tout au long de cette semaine afin de vous permettre de comparer. Après les représentants de Jean Lassalle et de Nathalie Arthaud mercredi, même formule pour deux nouveaux invités ce jeudi, au nom d'Emmanuel Macron et Jacques Cheminade : une question liée à l'actualité, au moins un point du programme en résonance avec la Loire et la Haute-Loire, avant d'aborder l'A45 et de dresser un bilan de la campagne. Laurent Gonnet est retraité dans le Puy-de-dôme et un des responsables de Solidarité & Progrès le parti de Jacques Cheminade. Il était en direct ce jeudi à 8h20 .

L'actu, un astéroïde en plaine campagne

France Bleu Saint-Étienne Loire : Un astéroïde a frôlé la terre. Ça n'arrive pas tous les quatre matins. Sacré clin d'oeil de l'espace au candidat qui veut un ministère de l'exploration et de la recherche spatiale, non ? Qui veut s'installer sur la lune aussi...

Laurent Gonnet : Oui, bon comme d’habitude on fait descendre de Mr Cheminade de la planète Mars mais il n'en est rien (...). Thomas Pesquet, dans sa station spatiale a pas mal de missions mais l'une d'entre elles est de tester des surfaces autonettoyantes capables de piéger les bactéries et d'élaborer des revêtements sur lesquels les maladies neusocomiales ne pourraient pas se développer, c'est à dire un grand progrès pour les hôpitaux puisqu'on siat que ces maladies sont un des fléaux des hôpitaux.

Dans le programme

FBSEL : Puisque vous nous emmenez dans les hôpitaux, le programme de Jacques Cheminade prévoit d'augmenter le salaire des infirmières de 20%, ça fait beaucoup d'un coup quand-même, non ?

Laurent Gonnet : Oui mais ce qu'on ne sait pas, ce qu'on n'a pas assez dit, selon la fédération hospitalière, en 20 ans le nombre des infirmières a diminué de 100 000, ce qui entraine un surcroit de travail et qui [justifie] naturellement une hausse de salaire. Moi-même, j'ai été hospitalisé pour une pneumonie. Quand je suis rentré à l’hôpital, la première chose que j'ai vue c'est "en grève", par contre ces infirmières et tout le personnel hospitalier m'ont admirablement soigné et pour rien du tout, gratuitement, ça c'est la France.

FBSEL : On manque de médecins, Jacques Cheminade prévoit dans son programme de faire reculer les déserts médicaux, comment ?

Laurent Gonnet : C'est très simple, il faut une incitation financière pour s'installer à la campagne. [On ne l'a pas vraiment fait jusqu'à présent] parce qu'on n'a pas assez d'argent. C'est toujours la même chose. ET alors dans ce programme, le rôle des collectivités locales est très important avec des maisons médicales mais pour ça, il faut des sous, et c'est tout ce qu'il nous manque. Voilà, tous les beaux programmes ne pourront se réaliser que si l'État a de l'argent. C'est pour ça que Monsieur Cheminade se bat pour nous libérer de l'occupation financière.

Launret Gonnet ce jeudi matin sur France Bleu Saint-Étienne Loire

L'A45, oui ou non ?

FBSEL : Peut-on prendre l'A45 avec Jacques Cheminade ?

Laurent Gonnet : Bien sûr que non, parce que l'État n'a pas l'argent pour la construire. On s'adresse aux généreux donateurs, Vinci, qui prend déjà une concession de 50 ans et qui se promène maitre des péages à son gré, pendant tout ce temps-là.

Bilan de campagne

FBSEL : Quel bilan tirez-vous de la campagne de Jacques Cheminade ? Diriez-vous qu'il a mieux su faire entendre sa colère contre les dérives de la finance cette fois-ci. Jacques Cheminade ayant été candidat en 1995 et en 2012 ?

Laurent Gonnet : Je pense oui, parce qu'on est dans un état critique. Lui-même a annoncé un prochain krach financier comme il l'avait fait en 1995, le krach s'est produit en 2007 et 2008... C'est le seul à prévoir des krachs, je ne vois pas pourquoi il se tromperait [cette fois-ci]. Ce sera une belle catastrophe et tous les plans de tous les candidats qui sont en compétition se casseront la figure. Voilà où nous en sommes.