Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle : des lycéens caennais "pas étonnés" de la présence du FN au second tour

Caen, France

"Le système politique actuel est-il dépassé ?". C'était le thème ce mardi du 12e atelier mensuel organisé par la Junior association Opiio au Canopé de Caen. Un espace de discussion entre jeunes lycéens qui prend encore plus de sens dans cet entre-deux-tours de la présidentielle.

Une quinzaine de jeunes ont parlé politique au Canopé à Caen ce mardi
Une quinzaine de jeunes ont parlé politique au Canopé à Caen ce mardi © Radio France - Pierre Coquelin

Pour la plupart, ils n'ont pas encore leur carte d'électeur. Mais ça ne les empêche pas d'être déjà très au fait quand on parle de politique. Ils sont quinze jeunes, âgés de 16 à 18 ans. Pendant près de deux heures, ils ont abordé plusieurs sujets comme l'abstention, la majorité à 16 ans, le rôle des sondages ou encore celui des partis politiques. Des débats qui prennent encore plus de sens dans cet entre-deux-tours de la présidentielle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au soir du premier tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont arrivés en tête. Au terme d'une campagne marquée par les affaires. Sophie, 17 ans, est un peu "dégoûtée". "Si c'est pour voter par défaut, je comprends les gens qui s'abstiennent. Je pense que si j'étais moi-même en âge de voter, je ne sais pas si j'irai voter. Quitte à voter blanc pour que ce ne soit pas comptabilisé, je ne vois pas l'intérêt".

"Moi, je sens qu'il y a quelque chose qui est en train de changer : je ne sais pas si c'est dans le bon sens. Ces deux candidats, c'est l'expression d'un ras-le-bol. J'espère qu'on va pouvoir en profiter pour changer notre système politique", complète Maël, 16 ans.

"On a vu que les partis traditionnels sont dépassés. Les deux candidats qualifiés ont plus fait campagne sur leur nom que sur un parti ou une idéologie", explique Joseph, 16 ans. Des lycéens qui s'interrogent sur le rôle des partis politiques. Laura, 18 ans, est assez perplexe. "Pouvoir se présenter sans étiquette, je trouve ça intéressant", juge-t-elle.

Que pensent ces lycéens de cette présidentielle ? Reportage de Pierre Coquelin

15 ans après, le FN banalisé ?

Un débat où il a été question de l'arrivée du Front National de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, rassemblant 7,7 millions de voix dès le 23 avril. Comme en 2002, le parti d'extrême-droite est en finale de la course à l'Elysée. Mais cette fois, pas ou peu de manifestations appelant à faire barrage au FN. Le choc a cédé la place à la banalisation selon ces jeunes lycéens, qui avaient pour la plupart 2 ou 3 ans le 21 avril 2002.

"Ma réaction a été plutôt : 'ah oui, ils n'ont fait que 22% au lieu de 26 !'. Donc, oui, c'est un peu terrifiant en effet. ça paraît presque normal que Marine Le Pen soit au second tour", précise Sophie. Pour Joseph, le parti frontiste a "vraiment su s'implanter dans la vie politique en France".

"Il ne faut pas faire un amalgame entre les électeurs FN et les fascistes, selon Tom : il y a beaucoup de gens qui votent FN après avoir été déçus par Les Républicains et le PS". Pour Laura, la campagne de "dédiabolisation" du Front a presque "mis Marine Le Pen au même niveau que les autres candidats".

Ma réaction a été plutôt : "ah oui, ils n'ont fait que 22% au lieu de 26 !" Donc, oui, c'est un peu terrifiant en effet. ça paraît presque normal que Marine Le Pen soit au second tour - Sophie, 17 ans

"S'il n'y a pas de mobilisation contre le FN, c'est qu'il y a aussi un dégoût de la politique qui se fait de plus en plus ressentir. Mais aussi parce que le parti apparaît beaucoup moins menaçant que par le passé aux yeux des électeurs", complète Samuel, 17 ans. Des lycéens qui seront très attentifs au résultat du 7 mai prochain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

© Radio France -

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess