Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dominique Bussereau (LR) : "Pendant ces deux semaines, je vais m'efforcer de me battre contre Madame Le Pen"

Charente-Maritime, France

Au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle, le président Les Républicains du conseil départemental de la Charente-Maritime était notre invité ce lundi matin sur France bleu La Rochelle

Dominique Bussereau, le président Les Républicains du conseil départemental de la Charente-Maritime
Dominique Bussereau, le président Les Républicains du conseil départemental de la Charente-Maritime © Maxppp - Maxppp

Le président Les Républicains du conseil départemental de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, réagit au lendemain de la qualification d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle et de la défaite de François Fillon. Le candidat LR est arrivé troisième, avec moins de 20 % des suffrages et talonné par le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, avec 19,6 %. Une catastrophe pour le parti Les Républicains mais qui n'est pas une surprise pour Dominique Bussereau.

J'appelle à voter de manière très claire et sans ambiguïté pour Emmanuel Macron" - Dominique Bussereau, le président LR du conseil départemental de la Charente-Maritime

Le président du conseil départemental s'était désolidarisé de la campagne du candidat de son parti, appelant à un changement de candidat. Il participera ce lundi soir à 17 heures au bureau politique des Républicains à Paris avec deux priorités : éviter l'extrême-droite et préparer les législatives au mois de juin : "Dès cette semaine la campagne est lancée ! Je ne pense pas qu'Emmanuel Macron ait une majorité de députés aux législatives : il devra donc composer, faire des coalitions", explique-t-il. "Si la France veut un candidat ni de droite ni de gauche, la majorité parlementaire sera complexe", ajoute-t-il.

L'intégralité de l'interview est à retrouver ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess