Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle : Dupont-Aignan rallie Le Pen, Macron dénonce les "cabotinages" de Mélenchon qui ne donne pas de consigne

-
Par , France Bleu

La campagne de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle a été marquée vendredi par le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen et la déclaration de Jean-Luc Mélenchon, qui ne votera pas FN, mais ne donne pas de consigne de vote. Du "cabotinage", selon Emmanuel Macron.

Nicolas Dupont-Aignan a apporté son soutien à Marine Le Pen vendredi, Jean-Luc Mélenchon a affirmé qu'il ne votera pas FN, sans donner de consigne.
Nicolas Dupont-Aignan a apporté son soutien à Marine Le Pen vendredi, Jean-Luc Mélenchon a affirmé qu'il ne votera pas FN, sans donner de consigne. - Patrick Kovarik Maxppp/ Hubert Lechat AFP

Nicolas Dupont-Aignan a annoncé vendredi soir sur France 2 son soutien à Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle et qu'un "accord de gouvernement" avait été passé entre eux. Il a ajouté qu'il ferait campagne avec la candidate du FN.

Le leader de Debout la France, qui a toujours rejeté jusque là une alliance à cause de "l'extrémisme" qu'il prêtait au Front national, a estimé que Marine Le Pen n'était "pas d'extrême droite." Nicolas Dupont-Aignan a terminé en sixième place du premier tour du scrutin, avec 4,7% des voix.

LIRE AUSSI : Présidentielle : Macron ou Le Pen, qui appelle à voter pour qui au second tour ?

Jean Lassalle, qui a remporté 1,21% des suffrages le 23 avril, a également livré sa position vendredi en vue du second tour de l'élection présidentielle. Le député des Pyrénées-Atlantiques a appelé à voter blanc à un scrutin qui selon lui est "programmé au millimètre par nos dictateurs". "Personnellement je voterai blanc comme un appel à la résistance", a-t-il précisé.

Mélenchon affirme qu'il ne votera pas FN, sans donner de consigne à ses électeurs...

Autre candidat battu au premier tour à s'exprimer vendredi, Jean-Luc Mélenchon a réaffirmé qu'il ne donnera pas de consigne de vote aux plus de sept millions de Français qui ont voté pour lui le 23 avril. Sur sa chaîne Youtube, le leader de la France insoumise a en revanche précisé qu'il ne votera pas FN le 7 mai : "je ne voterai pas FN, tout le monde le sait", a-t-il lancé. Dans cette vidéo d'un peu plus d'une demi-heure, Jean-Luc Mélenchon, qui s'exprimait pour la première fois depuis le premier tour du scrutin, explique aussi qu'il va "diriger la manoeuvre" pour les élections législatives pour son mouvement.

... auxquels Le Pen fait du pied

En début de journée, la candidate du Front national avait lancé un appel vidéo aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, dans lequel elle les invite à faire "barrage à Macron".

Les champions du monde 98 veulent "éviter" le Front national

Deux champions du monde avec l'équipe de France de football en 1998 ont livré leurs positions sur le scrutin présidentiel vendredi et appelé à faire barrage à la candidate du Front national Marine Le Pen. Zinedine Zidane a déclaré vendredi qu'il fallait "éviter au maximum" le FN lors du second tour. "Le message, c'est toujours le même, celui de 2002. Je suis loin de toutes ces idées-là, de ce Front national. Donc (il faut) éviter au maximum ça. Les extrêmes, ce n'est jamais bon", a déclaré l'actuel entraîneur du Real Madrid à l'occasion d'une conférence de presse d'avant-match. Zinedine Zidane avait également participé à une vidéo contre Jean-Marie Le Pen, candidat du FN en 2002, avec plusieurs artistes comme Gérard Depardieu, Jean-Jacques Goldman ou le rappeur marseillais Akhenaton. En fin de journée, son ancien coéquipier de l'équipe de France Lilan Thuram a déclaré sur franceinfo : "il faut toujours défendre l'égalité entre les êtres humains. Il faut donc se déplacer massivement pour voter Emmanuel Macron."

Bové, Ruffin et Aubry derrière Macron

Dans une tribune dans le quotidien Libération, l'eurodéputé écologiste José Bové a indiqué vendredi qu'il votera pour Emmanuel Macron le 7 mai et appelle les écologistes et les altermondialistes à faire de même. "J'appelle sans ambiguïté et sans aucune retenue à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. J'appelle celles et ceux qui se reconnaissent dans l'écologie, l'altermondialisme et l'Europe, à construire des ponts et à continuer à faire avancer nos combats concrets à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure", dit José Bové.

Tout en assurant qu'il sera un "opposant ferme" au candidat d'En Marche! "dès le 8 mai" s'il est élu, le journaliste-documentaire François Ruffin, par ailleurs candidat investi par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon pour les législatives dans la première circonscription de la Somme, a également laissé entendre jeudi soir sur France 2 qu'il "glisserai(t) un bulletin Emmanuel Macron dans l'urne". Alors qu'elle avait été critiquée pour avoir appelé à "faire barrage au Front national" sans citer de nom, la maire PS de Lille Martine Aubry a indiqué vendredi qu'elle voterait "bien sûr" pour Emmanuel Macron.

Macron à Oradour-sur-Glane pour un hommage aux victimes du village martyr

Emmanuel Macron était à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) vendredi, où une unité de la Waffen SS remontant vers le front en Normandie massacra 642 habitants le 10 juin 1944. "Décider de ne pas se souvenir c'est prendre le risque de répéter l'Histoire", a déclaré le candidat d'En Marche! en rendant hommage aux victimes. Il a promis de revenir le 10 juin prochain, pour les commémorations annuelles du martyr, s'il est élu.

Dans la soirée, Emmanuel Macron a tenu un meeting à Châtellerault (Vienne), en présence notamment du maire de La Rochelle Jean-François Fountaine, et de l'ancien Premier ministre Edith Cresson. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon "méritent mieux que ses cabotinages", a-t-il lancé en marge de ce déplacement, en fustigeant le refus du leader de La France insoumise de donner une consigne de vote pour le second tour de la présidentielle.

Le FN change à nouveau de président

"C'est M. Briois qui prend la suite de l'intérim, et on n'en parle plus". C'est avec ces mots que le vice-président du Front national, Louis Aliot, a annoncé vendredi sur BFMTV que Steeve Briois allait désormais assurer la présidence par intérim du FN à la place de Jean-François Jalkh, accusé de propos négationnistes qu'il a démentis. Jusqu'ici, Steev Briois était vice-président du FN. Il a été élu maire d'Hénin-Beaumont en mars 2014, dès le premier tour de scrutin dans cette ville de 27.000 habitants longtemps dirigée par un socialiste. Le nom de Steeve Briois a aussi été cité dans la rubrique judiciaire vendredi, l'élu étant visé par une enquête pour des propos haineux tenus sur internet à l'encontre du maire de Sevran (Seine-Saint-Denis). L'information judiciaire vise onze personnes, elle a été ouverte le 7 mars, on ne l'a appris que vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess