Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle : en Haute-Garonne, les 170.000 électeurs de Jean-Luc Mélenchon hésitent pour le second tour

-
Par , , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Dimanche, Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour. Celui qui arrivé premier à Toulouse a séduit 170.446 Haut-Garonnais au premier tour, des électeurs qui hésitent pour beaucoup, entre vote Macron, vote blanc et abstention le 7 mai.

Jean-Luc Mélenchon était à Toulouse, Prairie des Filtres le 16 avril dernier.
Jean-Luc Mélenchon était à Toulouse, Prairie des Filtres le 16 avril dernier. © Radio France - Rémi Vallez

Jean-Luc Mélenchon se range derrière ses militants, interrogés sur Internet. Peuvent participer depuis ce mardi les 460 000 internautes qui ont soutenu la candidature du député européen sur sa plateforme. Le résultat de cette consultation sera connue ce vendredi 28 avril mais les responsables de la France Insoumise ont prévenu, ce sera un "avis", pas une consigne. En Haute-Garonne, Jean-Luc Mélenchon est arrivé deuxième, avec plus de 170.000 voix, 20.000 de moins qu'Emmanuel Macron, mais 50.000 de plus que Marine Le Pen. Toulouse mais aussi de plus petites communes comme Fenouillet, Fonbeauzard, Carbonne, Gémil ou Montesquieu-Volvestre l'ont placé en tête.

►►► REPORTAGE - Alors ses électeurs sont-ils déstabilisés par le silence de leur candidat? Dans le quartier Saint-Cyprien de Toulouse, où le candidat de la France Insoumise a largement raflé la mise dimanche dernier, les avis sont partagés.

Les électeurs toulousains de Jean-Luc Mélenchon divisés sur son silence.

Mélenchon a un électorat fidèle depuis 2012, et là on a l'impression qu'il le laisse tomber. J'attends une clarification de sa part, il le faut. — Marie-Noëlle, la soixantaine

Arnaud, 31 ans, qui votait pour la première fois parce qu'il a trouvé un candidat qui lui parle, trouve cela "surprenant". Marie-Noëlle la soixantaine attend une clarification. En revanche, Sandrine jeune maman de 28 ans croit comprendre qu'il s'agit d'une invitation à voter blanc et surtout pas à choisir entre deux candidats combattus pendant la campagne. Aucun de ces trois citoyens ne croient en revanche à un report de voix vers Marine Le Pen. Les instituts de sondages pourtant mesurent un report possible entre 7 et 22%.

Il est en accord avec son discours, son programme. Il nous laisse la voie libre pour voter blanc car ni Macron ni Le Pen ne correspondent aux opinions de la France Insoumise. — Sandrine, 28 ans

Sur les réseaux sociaux, le mot-clé "Sans moi le 7 mai" a fleuri depuis dimanche.
Sur les réseaux sociaux, le mot-clé "Sans moi le 7 mai" a fleuri depuis dimanche. - Capture d'écran Twitter

Les communistes de Haute-Garonne un peu gênés, et dans l'attente d'un accord pour les législatives

Le Parti Communiste Français (PCF) a soutenu, notamment financièrement, la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Mais alors que ce dernier n'a pas donné de consigne pour le second tour, le PCF lui a été très clair dès dimanche soir et appelle à faire barrage au Front National. Pierre Lacaze, conseiller municipal d’opposition à Toulouse et secrétaire départemental du Parti Communiste était l'invité de France Bleu Toulouse ce 26 avril.

Jean-Luc Mélenchon aurait dû, d’entrée, se positionner contre Le Pen. On ne laisse pas le sale boulot aux autres. C'est sans doute l'aigreur de l'échec qui a parlé. — Pierre Lacaze, secrétaire départemental PCF31

L'INVITE EN UN CLIC - Pierre Lacaze, Parti Communiste 31 (11'39'')

Pierre Lacaze, le chef de file des communistes en Haute-Garonne, invité de France Bleu Toulouse ce 26 avril.
Pierre Lacaze, le chef de file des communistes en Haute-Garonne, invité de France Bleu Toulouse ce 26 avril. © Radio France - Alban Forlot

Pour Pierre Lacaze, c'est clair, Jean-Luc Mélenchon a commis une erreur : "Il y a eu une incompréhension. Jean Luc Mélenchon a toujours été pour combattre le Front National. Il aurait dû d'entrée alerter le danger d'une progression de Marine Le Pen. Ne faisons pas d’amalgame entre une candidat du centre-droit et Marine Le Pen. Il faut battre le FN le plus largement possible". Le chef de file du PCF 31 s'attend à ce que le leader de la France Insoumise exprime son point de vue personnel avant vendredi, avant la consultation des militants. Le Parti Communiste avait demandé à Jean-Luc Mélenchon de se rassembler avec Benoit Hamon : "On aurait été au second tour avec une candidature commune". Pierre Lacaze affirme que beaucoup d'électeurs socialistes se sont tournés vers Mélenchon au premier tour.

Je voudrais que les sympathisants de Benoit Hamon se rallient à nous, et au Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon. Il faut passer des accords sinon ça ne sert à rien. Moi par exemple, je suis prêt à retirer ma candidature aux législatives (NDLR dans la première circonscription de Haute-Garonne) pour un candidat France Insoumise, mais il faut qu'il y ait la même chose dans d'autres circonscriptions. — Pierre Lacaze, secrétaire départemental PCF31

Pour les législatives en juin, la France Insoumise a annoncé vouloir présenter des candidats partout sous cette étiquette. Quid des candidats PCF, alors ? Le parti ne compte que dix députés (aucun du Sud-Ouest) car magré le bon score de Mélenchon en 2012 (11.1%), l'extrême gauche avait été la grande perdante aux législatives. La fédération du PC en Haute-Garonne, appelle au rassemblement, elle souhaite un accord national comme en 2012 car "il y a 30 circonscriptions où les communistes en 2012 ont raté de moins de 150 voix la qualification au second tour". En tous cas, le PCF 31 demande un accord local en Haute-Garonne, pour présenter des candidats de la gauche anti-libérale, quelle que soit leur étiquette, communiste ou Parti de Gauche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess