Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle en Moselle : les frontaliers votent Macron

-
Par , France Bleu Lorraine Nord
Moselle, France

De nombreuses communes du nord de la Moselle, proches du Luxembourg, ont placé Emmanuel Macron en tête du premier tour de l’élection présidentielle. Un secteur pourtant traditionnellement ancré à droite.

Emmanuel Macron est en tête dans de nombreuses communes frontalières de Moselle
Emmanuel Macron est en tête dans de nombreuses communes frontalières de Moselle © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Emmanuel Macron fait recette à la frontière. Si Marine Le Pen s’est placée largement en tête du premier tour de l’élection présidentielle en Moselle, le candidat d’En Marche a fait le plein a fait le plein dans de nombreuses communes du nord du département, et jusqu’à la frontière luxembourgeoise : 26.28% à Thionville, 25.46% à Yutz, 27.7% à Hettange-Grande ou encore 31.58% à Mondorff. Il est également devant à Zoufftgen, Volmerange-les-Mines, Boust, Rodemack… Des villes et villages où la droite ou le centre étaient pourtant en tête du premier tour lors des trois dernières élections présidentielles… Mais, cette fois, François Fillon n’a pas profité de la tendance.

Les affaires ont pesé lourd dans les résultats. Il avait fait un score remarquable aux primaires et la route était ouverte. Il s’est savonné la planche tout seul - Roland Balcerzak, le maire d’Hettange-Grande.

A la frontière franco-luxembourgeoise, c’est donc Emmanuel Macron qui a profité de l’espace laissé libre par les ennuis judiciaires du candidat LR. Mais ce vote a d’autres explications. Le leader d’En Marche a, par exemple, séduit Philippe par sa nouveauté. "Il fallait changer" justifie cet électeur d’Hettange-Grande depuis une vingtaine d’année, "la gauche et la droite n’avaient rien fait pour nous."

Un vote de frontalier ?

Surtout, en pays frontalier, Macron figurait pour beaucoup parmi les seuls candidats rassurants sur les questions d’Europe, de frontières et d’Euro. C’est notamment ce qui a décidé Virginie, habitante de Mondorff : "Les frontières doivent rester ouvertes pour pouvoir continuer à vivre, faire nos achats, aller chez le médecin au Luxembourg, comme on le fait actuellement." A Hettange-Grande aussi, le vote frontalier semble avoir fonctionné. "Ici 60% des gens qui travaillent le font de l’autre côté de la frontière, selon Roland Balcerzak. Au regard de leur vie professionnelle, ils ont sans doute été également aspirés par le phénomène Macron."

Roland Balcerzak, maire d'Hettange-Grande

Choix de la station

À venir dansDanssecondess