Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Présidentielle : France 2 renonce au débat à onze candidats prévu le 20 avril

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Au lendemain du débat entre tous les candidats à l'élection présidentielle sur BFMTV et CNews, France 2 renonce à organiser un débat selon la même formule le 20 avril, annoncent des proches de plusieurs candidats. Une autre formule serait en cours de réflexion.

Le débat du 4 avril sur BFMTV et CNews, entre les onze candidats.
Le débat du 4 avril sur BFMTV et CNews, entre les onze candidats. © Maxppp - Alexandre Marchi

Il n'y aura pas d'autre débat télévisé d'ici le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril. Au lendemain de l'émission qui a permis aux onze candidats d'échanger sur un même plateau de télévision, celui de BFMTV et CNews, France 2 annonce que la chaîne renonce à organiser le débat qu'elle avait prévu selon la même formule, le 20 avril, à trois jours du premier tour. C'est ce qu'ont affirmé mercredi à l'AFP des proches de plusieurs candidats.

Entretiens individuels

La chaîne propose désormais aux candidats onze interviews individuelles en direct, dont l'ordre serait déterminé par tirage au sort. La chaîne publique a mis cette nouvelle proposition sur la table lors d'une réunion mercredi après-midi. Les interviews, d'une quinzaine de minutes, seraient réalisées par les journalistes David Pujadas et Léa Salamé, après une introduction commune. Plusieurs candidats auraient émis de sérieuses réserves.

Onze réponses positives sinon rien

La date du débat prévu sur France 2 était jugée trop proche du premier du scrutin par certains candidats, qui avaient fait savoir qu'ils n'y participeraient pas, notamment Jean-Luc Mélenchon. D'autres avaient des réserves sur la question du tirage au sort, qui les contraindraient à attendre dans leur loge en attendant leur tour. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait lui aussi émis des réserves sur la date du débat.

France Télévisions a confirmé mercredi avoir fait "une nouvelle proposition" aux candidats, précisant que l'émission n'aurait "lieu que si les 11 candidats acceptent tous d'y participer". Les candidats doivent donner leur réponse avant la fin de la semaine. En Marche ! a déjà donné son "accord sur la forme et la date, tout en tenant compte des réserves des autres candidats qui nous paraissent légitimes", a déclaré un proche d'Emmanuel Macron.

Benoît Hamon a lui regretté mercredi soir, lors d'un meeting à Nancy, la décision de ne pas organiser ce débat.

Nicolas Dupont-Aignan a lui réagi jeudi à l'annulation de ce débat. Dans un communiqué, le candidat de Debout la France dénonce "la lâcheté et la peur" dont "font preuve" "ces soit-disant "grands" candidats".

Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste Philippe Poutou s'est lui étonné jeudi de l'annulation du débat, et explique regretter cette décision. "De quoi ont-ils peur?", d'interroge-t-il sur son site internet à propos des candidats "favoris des sondages". Philippe Poutou précise qu'il accepte "par défaut, la proposition alternative de France 2 : des interviews individuelles de 15 minutes diffusées dans un ordre fixé par tirage au sort".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu