Politique

Présidentielle : plusieurs élus auvergnats se désolidarisent du candidat Fillon

Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne vendredi 3 mars 2017 à 13:51 Mis à jour le vendredi 3 mars 2017 à 15:47

Vincent Descoeur, Claude Malhuret et Daniel Dugléry retirent leur soutien à François Fillon.
Vincent Descoeur, Claude Malhuret et Daniel Dugléry retirent leur soutien à François Fillon. - ©Maxpppp /Vichy Communauté

Soutien pourtant fidèle de François Fillon, le maire de Montluçon, Daniel Dugléry appelle maintenant son candidat à se retirer. Claude Malhuret, maire de Vichy et le président du département du Cantal, Vincent Descoeur demandent le retour d'Alain Juppé.

Ils ont finalement décidé de lâcher François Fillon. Daniel Dugléry aura pourtant tenu bon après l'annonce de François Fillon de sa probable mise en examen. Mercredi encore il parlait sur l'antenne de France Bleu Pays d'Auvergne de l'ancien premier ministre comme du "meilleur candidat", ajoutant : "Je trouve qu'il fait front avec beaucoup d'intelligence et de détermination". 48 heures après, le maire de Montluçon appelle finalement François Fillon à retirer sa candidature et explique que les Républicains réfléchissent en ce moment à une "sortie digne" de la confusion actuelle.

L'appel à Alain Juppé

Soutien d'Alain Juppé pendant les primaires de la droite, le maire de Vichy a annoncé ce vendredi matin qu'il cessait sa participation à la campagne de François Fillon. Dans un communiqué, Claude Malhuret explique que "Le maintien de [la] candidature [Fillon] ne fait qu’aggraver le gouffre qui ne cesse de s’élargir entre les français et leurs élus." Le sénateur de l'Allier laisse aussi entendre qu'il désapprouve l'appel à manifester, dimanche, à Paris : "les attaques contre les juges et l’appel à manifester contre les décisions de la justice ne peuvent être approuvées dans une démocratie." Pour l'élu auvergnat, impossible enfin d'accepter les contradictions du candidat Fillon qui avait promis d'abandonner la présidentielle en cas de mise en examen. Un refus qui, pour lui, "rejaillit désormais sur l’ensemble de notre famille politique."

Un sentiment visiblement partagé par le président LR du département du Cantal, Vincent Descoeur, qui, comme de plus en plus d'élus, son parti à se reporter sur une candidature d'Alain Juppé.