Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidentielle : les électeurs FN de Liévin croient en la victoire de leur candidate

-
Par , France Bleu Nord
Liévin, France

C'est un fief historique du PS qui, après les Régionales 2015, a une nouvelle fois largement placé en tête le Front National, au 1er tour de la Présidentielle. Les militants d'extrême-droite continuent donc leur travail quotidien de tractage. Face à eux, beaucoup d'électeurs déjà convaincus.

Des militants FN (Guillaume Kaznowski au centre) à la rencontre des électeurs, à Liévin
Des militants FN (Guillaume Kaznowski au centre) à la rencontre des électeurs, à Liévin © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est la plus grande ville du Pas de Calais à avoir voté le plus massivement pour Marine Le Pen, au 1er tour de la Présidentielle. Les électeurs de Liévin, au cœur du bassin minier, ont voté à 42% pour la candidate frontiste, dimanche dernier. Les 80 militants du parti d'extrême-droite dans la ville continuent sur leur lancée à essayer de convaincre les indécis ou les électeurs des candidats éliminés du 1er tour.

Une adhésion aux idées FN

Dans les rues très calmes de cette cité ouvrière, on ne rejette que rarement les tracts tendus par ces 5 militants, ce mardi après-midi. Il y a bien cette dame, qui refuse ostensiblement de saisir le papier avec le visage de Marine Le Pen, et qui lance un ironique : "charmante". Mais ce sera la seule à montrer son hostilité. D'autres prennent le tract et continuent leur chemin discrètement, n'osant pas avouer leur vote. Comme si, glisser un bulletin autre que Le Pen dans cette ville, était devenu honteux. Toutes les autres personnes que croisent les militants FN acceptent de dialoguer et surtout expliquent leur vote Le Pen du 1er tour, comme ce jeune peintre auto-entrepreneur :

Y'en a marre de travailler, de ne plus s'en sortir. Pour la classe ouvrière, elle peut faire beaucoup de choses.

Reportage avec des militants FN dans le centre-ville de Liévin (62)

Une autre jeune femme se dit séduite par le volet immigration du programme Le Pen : "Il y a de immigrants (sic), ils touchent de l'argent, alors que des gens qui travaillent n'ont pas assez pour vivre". Un autre homme, croisé rue Victor Hugo, clame son amour pour sa candidate : "c'est ma copine. Avant je votais pour la gauche, François Mitterrand et le Parti Socialiste".

Le duel Le Pen / Macron pour le second tour
Le duel Le Pen / Macron pour le second tour © Radio France - Stéphane Barbereau

Macron, seulement 3e à Liévin

Mais cet électorat populaire a clairement tourné le dos aux Socialistes lors des derniers scrutins départementaux, régionaux et présidentiel. Il n'a pas été séduit non plus par Emmanuel Macron, arrivé en 3ème position à Liévin, avec 15% des voix. Ce qui n'étonne pas Guillaume Kaznowski, conseiller municipal et régional FN :

La seule fois où Monsieur Macron est venu dans le bassin minier, il a qualifié les électeurs en faisant référence à l'alcool et à la cigarette, on nous le ressort assez facilement sur les marchés

Ce duel Macron-Le Pen provoque donc l'enthousiasme et l'optimisme de Bruno, militant FN, ancien de la CGT, qui en appelle aux 19% d'électeurs de Mélenchon à Liévin, au 1er tour :

Je suis confiant, je vois pas un Mélenchoniste allait voter Macron qui est pour la loi El Khomri. Un salarié qui gagne 1 200€ par mois, il peut pas voter pour Macron !

Pour Bruno, militant FN de Liévin, un salarié au Smic ne peut pas voter pour le "banquier" Macron

Ces militants FN vont reprendre leurs opérations de tractage dans la rue, sur les marchés et devant les usines jusqu'au second tour. Et ils ironisent sur l'absence sur le terrain de militants d'En Marche qu'ils disent avoir croisés une ou deux fois en deux mois sur ces terres pas franchement favorables à Emmanuel Macron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess