Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Présidentielle : à Périgueux, Jérôme Chartier vient (re)mobiliser les soutiens de François Fillon

mercredi 29 mars 2017 à 22:14 - Mis à jour le jeudi 30 mars 2017 à 8:35 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord et France Bleu

Un peu plus de 250 personnes ont assisté ce mercredi 29 mars au meeting de Jérôme Chartier, conseiller spécial de François Fillon. Dans le public, des militants convaincus et des sympathisants indécis face aux problèmes judiciaires rencontrés par le candidat Les Républicains.

Un peu plus de 250 personnes sont venues écouter Jerôme Chartier.
Un peu plus de 250 personnes sont venues écouter Jerôme Chartier. © Radio France - Benjamin Fontaine

C'est sur le discours du Trocadéro de François Fillon qu'a démarré ce mercredi 29 mars le meeting de Jérôme Chartier à la filature de l'Isle de Périgueux. Le conseiller spécial du candidat "Les Républicains" à la présidentielle est venu en Périgord pour défendre le programme de son ami et mobiliser (ou remobiliser) ses troupes. Un peu plus de 250 personnes ont assisté à la réunion. Tous les candidats aux législatives étaient présents, sauf Jérôme Peyrat. Le maire de la Roque-Gageac avait pendant un temps appelé François Fillon à se retirer de la course à la présientielle. Ce mercredi soir il était retenu par une réunion.

Jérôme Chartier aux côtés de Dominique Bousquet et Gaëlle Blanc-Lajonie. - Radio France
Jérôme Chartier aux côtés de Dominique Bousquet et Gaëlle Blanc-Lajonie. © Radio France - Benjamin Fontaine

Dans la salle, la moyenne d'âge ne descend pas en-dessous de 55 ans. Certains sont sympathisants et ont participé à la primaire, d'autres non. Josette habite Périgueux, elle a toujours voté à droite, mais pour cette élection elle et son mari sont encore indécis "à cause des affaires dont on parle tous les jours." Comme elle, d'autres attendent de voir comment le dossier judiciaire avance avant de se décider.

"Plus il y aura de révélations plus j'aurai envie de le soutenir" - Françoise, militante de 71 ans

De son côté, Jérôme Chartier n'a pas manqué de dénoncer l'acharnement des journalistes sur le candidat Fillon et continue d'assurer que tout cela est la faute de François Hollande "qui ne souhaite pas voir François Fillon à la tête de la Présidence de la République." La théorie du complot remporte un franc succès auprès des militants. "Je ne fais plus confiance aux médias, tout ça c'est leur faute," assure Jean-Marie, la cinquantaine. "Plus il y aura de révélations plus j'aurai envie de le soutenir. Il est le seul à pouvoir remonter la France. On a une dette colossale et on continue à dépenser n'importe comment. Lui va stopper ça," s'agace Françoise, 71 ans. Derrière elle, Paul, 26 ans est venu soutenir François FIllon, "je veux être acteur de son succès car ici en terre socialiste je veux prouver qu'il y a aussi des jeunes qui votent à droite. François Fillon va remettre les policiers et les gendarmes sur le terrain et pour moi c'est un point essentiel de son programme."

Au premier rang, les candidats aux législatives ont assisté au meeting, sauf Jérôme Peyrat, absent mais excusé. - Radio France
Au premier rang, les candidats aux législatives ont assisté au meeting, sauf Jérôme Peyrat, absent mais excusé. © Radio France - Benjamin Fontaine

A l'issue de la réunion, certains militants auront été renforcés dans leurs convictions, d'autres auront peut-être été rassurés. Un autre meeting en Dordogne avec une personnalité politique d'envergure nationale est en préparation. Il pourrait peut-être faire basculer les derniers sympathisants encore réticents.