Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Présidentielle : que pensent les Marseillais des propositions d'Emmanuel Macron en matière d'éducation ?

-
Par , , France Bleu Provence
Marseille, France

Le candidat d'En Marche veut baisser le nombre d'élèves dans les petites classes (maternelles et CE1) dites "difficiles". Dans les quartiers nord de Marseille, l'idée séduit mais inspire aussi la méfiance.

Emmanuel Macron propose de réduire à 12 le nombre d'élèves dans les classes de maternelles et de CE1 des Zones Prioritaires d'Education.
Emmanuel Macron propose de réduire à 12 le nombre d'élèves dans les classes de maternelles et de CE1 des Zones Prioritaires d'Education. © Maxppp - Sebastien JARRY

Devant la maternelle de la Bricarde, dans le 15e arrondissement de Marseille, l'idée de diviser par deux le nombre d'élèves dans les classes "difficiles", comme le propose Emmanuel Macron, séduit forcément. "Cela permettrait aux professeurs d'être plus présents vis-à-vis des élèves malgré les disparités qu'il peut y avoir dans une classe " approuve Daniel, un papa d'élève, avant d'être suivi par Nadia, elle aussi parent : "Cette génération n'est pas la même que la précédente. Il faut réduire le nombre d'enfants par classe pour bien les gérer." analyse-t-elle.

Mais ces deux parents ont du mal à croire qu'ils croiseront un jour l'un des 15.000 enseignants supplémentaires nécessaires à cette mesure. "C'est juste une campagne électorale ! ", s'énerve Daniel. Nadia est tout aussi résignée : "Ils disent on va faire ceci on va faire cela, mais une fois qu'ils ont le fauteuil c'est terminé."

Pour Mustapha, l'urgence est ailleurs : il faut réapprendre les règles fondamentales à l'école, comme avant. "Avant c'était le bâton. Au départ je ne savais pas lire, mais je peux vous dire que ça m'a formé et ça m'a rendu dur." Et Nadia de surenchérir : "On avait tous nos blouses et je peux vous dire qu'il y avait du respect."

De son côté, Samia Ghali, sénatrice-maire du 15e et 16e arrondissement, soutient Emmanuel Macron sur cette mesure. "Le fait de ramener ces classes à 12 élèves permet de faire un travail plus personnel, avec des groupes par niveaux, avec une explication différentes selon les élèves. Si l'on veut arrêter le décrochage scolaire, c'est nécessaire." s'est exprimée la sénatrice socialiste.

Les engagements d'Emmanuel Macron

  • "Nous donnerons la priorité à l’école primaire pour que tous les élèves sachent lire, écrire et compter en arrivant en 6e.
  • Nous interdirons l’usage des téléphones portables dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges.
  • Nous donnerons plus d’autonomie aux équipes éducatives. Elles seront suivies et évaluées. La formation des enseignants sera adaptée à ce nouveau cadre.
  • Nous limiterons à 12 élèves par enseignant la taille des 12 000 classes de CP et de CE1 en zone prioritaire. Ces enseignants recevront une prime annuelle de 3000 euros nets. Et ils seront plus expérimentés: d’ici 2022, ceux affectés en zones prioritaires auront au moins 3 ans d’ancienneté.
  • Nous rendrons possible le rétablissement de parcours bi-langues au collège, de parcours européens et d’un véritable enseignement du grec et du latin.
  • Nous proposerons à tous un accompagnement après la classe. Au collège, nous rétablirons les études dirigées après la classe grâce à des bénévoles (étudiants et retraités).
  • Nous moderniserons le baccalauréat. Il y aura désormais 4 matières obligatoires à l’examen final. Les autres seront validées par un contrôle continu.
  • Nous renforcerons l’autonomie des universités. Elles pourront recruter leurs enseignants et définir leurs formations. Nous ouvrirons 80 000 places dans les filières professionnalisantes.
  • Nous demanderons à chaque lycée professionnel et université de publier ses résultats (débouchés, salaires, etc.) sur les 3 dernières années.
  • Nous construirons 80 000 logements pour les jeunes.
  • Nous ouvrirons les bibliothèques en soirée et le week-end.
  • Nous créerons un «Pass Culture». Il permettra à chaque Français de 18 ans d’effectuer 500 euros de dépenses culturelles (cinéma, théâtre, livres...).
  • Nous ne retirerons pas un euro au budget du ministère de la Culture."

Les engagements de Marine Le Pen

  • "Assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux (français, histoire, calcul). À l’école primaire, réserver la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral. Supprimer « l’enseignement des langues et cultures d’origine » (ELCO).
  • Faire de l’école un « asile inviolable où les querelles des hommes n’entrent pas » (Jean Zay), donc en y imposant non seulement la laïcité, mais également la neutralité et la sécurité.
  • Rétablir l’autorité et le respect du maître et instaurer le port d’un uniforme à l’école.
  • Revenir sur la réforme des rythmes scolaires.
  • Rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine.
  • À l’université, passer d’une sélection par l’échec à une sélection au mérite. Refuser le tirage au sort comme moyen de sélection. Revaloriser les bourses au mérite. Défendre le modèle d’enseignement supérieur français, qui passe par la complémentarité de l’université et des grandes écoles.
  • Développer massivement l’alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse."
Choix de la station

À venir dansDanssecondess